COMMENT DEVIENT-ON CATHOLIQUE ?

COMMENT DEVIENT-ON CATHOLIQUE ? posted in Les Commentaires Eleison on mai 25, 2024

image_pdfPDFimage_printPrint
Lorsqu’une âme comprend ce qu’est l’Éternité, 

Qu’elle ait son chapelet sans jamais le quitter.

Un lecteur de ces Commentaires, qui n’est manifestement pas catholique, demande comment le devenir. Cela peut intéresser plusieurs d’entre vous. Que le Bon Dieu bénisse tous les lecteurs qui sont dans ce cas, car c’est certainement une grâce de Sa part qui les incite à s’intéresser sérieusement à entrer dans é à Son unique et véritable Église, la vraie Église catholique romaine. Aujourd’hui, il faut bien entendu ajouter l’adjectif « vraie », car le Concile Vatican II (1962–1965) a fabriqué de toutes pièces une fausse Église destinée à conduire les âmes dans l’Enfer éternel plutôt qu’au Paradis éternel. La question « comment rejoindre la véritable Église ? » s’en trouve donc plus compliquée aujourd’hui. Mais si une âme cherche honnêtement cette Église, Dieu a d’innombrables manières de l’atteindre, avec toute l’aide nécessaire, et malgré tous les obstacles jetés sur Son chemin par des hommes dévoyés ou malfaisants. Qu’une telle âme ait confiance dans la Volonté de Dieu de l’amener au Ciel, car Dieu n’a besoin que de sa coopération permanente pour y réussir. 

On est catholique pour aller au Ciel. Et le Ciel est la béatitude surnaturelle, sans interruption, en elle-même bien au-dessus et bien au-delà de tous les pouvoirs naturels de notre esprit et de notre volonté humains. La béatitude consiste en la vision surnaturelle de Dieu tel qu’Il est en Lui-même et pas seulement tel que nous pouvons L’entrevoir à travers Ses créatures naturelles qui nous entourent durant notre courte vie sur cette terre. La porte d’accès à cette béatitude est le don surnaturel de Foi, qui vient de Dieu et dépasse de loin notre raison naturelle. Que je reçoive ou non de Dieu ce don essentiel au salut éternel, dépend entièrement de Lui et non de moi. Mais, d’un autre côté, un vieil adage dit qu’à quiconque fait tout ce qu’il est en sa nature de faire, Dieu ne refuse pas sa grâce (surnaturelle). C’est du bon sens si l’on veut, mais attention, la Foi reste pour l’essentiel un don gratuit de Dieu. Une fois que j’ai compris à quel point le don de la Foi est indispensable au salut, je peux alors mobiliser toutes mes forces pour demander à Dieu, dans la prière, de me donner cette Foi. (Il est vivement recommandé de prier le Rosaire, même si l’on ne croit pas encore que la Vierge Marie a été et est toujours la Mère de Dieu. Elle interviendra . . . ) 

Je peux aussi appliquer toutes mes facultés de raisonnement à l’examen de trois grandes propositions auxquelles mon esprit peut adhérer suite à un simple raisonnement humain (simple, mais droit !). Je dois alors garder en tête que si cette application de mes facultés peut certes aider Dieu à me communiquer le don de la Foi, cependant, mes facultés ne peuvent pas à elles seules faire descendre le don de Dieu sur moi. La Foi reste Son don gratuit. Comme le dit le pécheur à moitié croyant dans l’Évangile : « Seigneur, je crois, mais aide mon incrédulité ». Il n’était peut-être pas théologien, mais il parlait le langage catholique (Marc 9, 24). Ces trois propositions sont les suivantes : 1) Dieu existe ; 2) Jésus-Christ est et a toujours été Dieu ; 3) l’Église catholique romaine (la vraie) a été instituée par Jésus-Christ. 

1) Dieu existe — l’argument le plus évident tiré de Ses créatures (qui dit effet, dit cause nécessaire) est l’argument de la « conception intelligente ». L’intelligence est visible partout dans Sa création, mais elle ne peut pas venir des créatures qui sont elles-mêmes inintelligentes, comme les animaux, les végétaux et les minéraux. Un seul exemple : une araignée ne marche jamais sur les parties collantes de sa propre toile ! Seules les victimes de l’araignée le font. 

2) Jésus-Christ est et a toujours été Dieu — durant Sa vie sur terre, Il a accompli d’innombrables miracles que Dieu seul peut accomplir, car l’Auteur de la nature est le seul à pouvoir interrompre à volonté le cours normal de cette nature. La résurrection de Lazare (Jean 11) est un miracle stupéfiant accompli directement devant une foule largement hostile. Les reliques de Notre Seigneur qui révèlent à la science moderne des traces de Son ADN montrent qu’Il est né d’une mère humaine, mais non d’un père humain. En effet, Il est né de Marie mais Il a été conçu par le Saint-Esprit. 

3) Jésus-Christ a institué la (vraie) Église catholique romaine et aucune autre. L’histoire de l’humanité montre que toutes les autres dénominations « chrétiennes » ont vu le jour des siècles après sa venue sur terre (1–33 apr. J.-C.). Quant à toutes les religions non chrétiennes, elles nient toutes que Jésus soit Dieu, deuxième personne de la Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit. Toutes ces religions ne peuvent être vraies, car il n’y a pas de place pour le mensonge dans le vrai Ciel du vrai Dieu ; et si elles prétendent encore qu’elles puissent être un chemin vers le Ciel, comme le fait Vatican II, elles mentent une seconde fois. On peut éventuellement se sauver en elles, mais certainement pas par elles. 

Si, après avoir examiné ces trois vérités préliminaires, une âme souhaite toujours devenir catholique, elle doit aller voir un prêtre catholique pour demander le baptême, qui est la nécessité normale pour entrer dans l’Église. 

Kyrie Eleison