athéisme

Priere Urgente

Priere Urgente posted in Les Commentaires Eleison on janvier 14, 2017

Lorsque le Titanic commença à couler en 1912, il est notoire que les premiers canots de sauvetage que l’on a mis à l’eau n’ont pas été remplis parce que pas assez de passagers ne prenaient encore au sérieux que le navire était frappé à mort. Mais dès qu’on s’en est rendu compte, la foule s’est empressée de s’y embarquer. Or, le naufrage du Titanic a été un miroir de Dieu présenté au monde moderne pour qu’il s’y reconnaisse, mais beaucoup de gens vivant aujourd’hui n’en font aucun cas, et donc les canots du sauvetage catholique, à savoir de la Tradition, se vident au lieu de se remplir. Peu d’âmes n’ont encore pleinement saisi comment le monde qui nous entoure est frappé à mort, et donc peu font ce qu’ils devraient être en train de faire – prier d’urgence, urgemment.

Voici comment un ami en Suisse décrit la situation : « Dans notre pays comme ailleurs, les derniers restes du catholicisme disparaissent, et le Valais (canton autrefois très catholique) n’y fait aucune exception. Tout est à recommencer, tandis que les ennemis de la Vérité se font chaque jour plus nombreux. » Q uelqu’un peut-il dire que cela ne s’applique pas à son pays à lui ? A l’Angleterre cela s’applique certainement. Il y a un mois on y a sondé quelque quinze cents adultes anglais pour savoir s’ils croient ou non en Dieu : résultat, 28% oui, 38% positivement non. Il y a moins de deux ans, c’était 32% oui et 33% non. De toute évidence l’athéisme prend rapidement le dessus. Pauvre Angleterre. Attention ! De Dieu on ne se moque pas.

Mais pourquoi est-il si important de croire en Dieu ? St Thomas d’Aquin l’explique dans son Traité sur les Anges : tout comme la Création procède de Dieu par un débordement de Sa Bonté, de même toute créature cherche à retourner à cette Bonté Suprême du Créateur, chacune à sa façon : minéral et végétal par une inclination naturelle, animal par une inclination des sens, les hommes et les anges le plus parfaitement par une inclination intellective de l’intelligence et de la volonté (1a, 59, 1). Aussi les êtres humains viennent-ils de Dieu pour retourner à Lui, par l’usage droit de leur intelligence qui est « inexcusable », dit St Paul, si elle prétend qu’elle ne peut pas reconnaître Dieu dans sa Création (Rom. I, 20), et par l’usage droit de leur volonté pour Le choisir au lieu de Le refuser. Hélas, les attractions des sens éloignent de Dieu la plupart des hommes (1a, 63, 9 ad 1).

Néanmoins, Dieu n’a point fait les hommes pour qu’ils s’éloignent de Lui. Tout et chaque homme qu’Il a créé, Il a créé pour le Ciel (I Tim. II, 4), et à chaque homme Il donne des grâces suffisantes pour Le connaître et L’aimer et arriver ainsi au Ciel. Le Ciel est donc le but de tout homme, qu’il veuille ou non accepter cela, et s’il le refuse il s’aveugle en sorte qu’il ne sait rien du but de la vie. Il s’ensuit que tout chef pareil en quelque domaine que ce soit est en fin de compte un aveugle qui conduit des aveugles, et ceux qui le suivent sont des aveugles qui suivent des aveugles. « Je suis la Lumière du Monde, » dit Notre Seigneur, « et celui qui Me suit ne marche pas dans les ténèbres » (Jn. VIII, 12).

Donc celui qui refuse de suivre Dieu – taisons Notre Seigneur Jésus Christ et Son Église – marche dans les ténèbres, et l’acharnement des « Occidentaux » d’aujourd’hui pour préférer toujours plus de ténèbres prépare un Châtiment inimaginable, que l’on ne pourra comparer qu’au Déluge du temps de Noé. Tout comme en ce temps-là les hommes avaient à tel point « corrompu leurs voies » (Gen. VI, 12) que le Bon Dieu a dû intervenir pour empêcher qu’absolument tous les hommes ne préférassent l’Enfer, de même aujourd’hui la corruption est si terrible que seul Dieu est capable de l’interrompre.

Mais les hommes peuvent toujours prier, et la prière fonctionne encore, comme rien d’autre ne fonctionne plus. Car parmi les milliards d’âmes sur la terre qui se tournent actuellement vers Mammon et se détournent de Dieu, on peut facilement s’imaginer comment Il regarde et écoute en particulier les âmes toujours moins nombreuses qui se tournent vers Lui. L’heure est à la prière, à travers Sa Très Sainte Mère, la prière du saint Rosaire, 15 Mystères par jour si c’est du tout possible.

Kyrie eleison.

Les Fleurs Enseignent

Les Fleurs Enseignent posted in Les Commentaires Eleison on juin 23, 2012

Si les fleurs parlent (cf. C.E. 255), alors elles sont bien capables d’enseigner : la valeur du temps, la justice de Dieu, l’harmonie entre la grâce et la nature.

Par exemple, si Dieu existe et qu’il n’est injuste envers aucune âme en faisant dépendre toute son éternité des choix qu’elle a faits durant cette vie si brève, même d’une durée de 90 ans, alors deux conclusions se tirent naturellement. D’abord chaque moment de notre vie est précieux, et ensuite à chacun de ces moments Dieu nous fait appel, même si ce n’est pas toujours avec la même intensité, pour que nous le rejoignions pour l’éternité. Voilà pourquoi il n’est pas déraisonnable que Dieu nous parle à travers les fleurs, comme à travers tout autre don de sa création. En effet, quelle âme qui ait vécu peut dire en toute vérité qu’elle n’a jamais eu rien ni personne à aimer ? Même l’« athée » le plus acharné a eu par exemple son chien ou ses cigarettes. Et Qui est-ce qui a conçu les chiens et les plantes de tabac et les a conservés en existence, leur permettant de se reproduire jusqu’aujourd’hui ?

C’est ainsi que juste avant de mourir l’« athée » pourra prétendre encore qu’à lui au moins Dieu n’a jamais parlé, mais dans l’instant qui suit sa mort il verra dans un éclair qu’à tout moment de sa vie c’est Dieu qui lui faisait appel à travers l’une ou l’autre des créatures qui l’entouraient. « Suis-je maintenant injuste, » pourrait lui demander Dieu, « si je vous condamne pour la durée de ma vie, puisque vous m’avez rejeté pour la durée de votre vie ? Ayez ce que vous avez choisi. Éloignez-vous de moi dans . . . » (Mt. XXV, 41).

Inversement, prenez une âme qui a profité de chaque moment de sa vie pour aimer le Bon Dieu à travers toutes les bonnes choses qu’il a appréciées, et qui a su reconnaître la bonté même de sa Providence permettant les choses qu’il n’a pas appréciées. Pour donner un sens à sa vie, quel besoin aura une telle âme d’être reconnue ou célèbre, d’apparaître dans les médias ou de remplir les albums de photos de vacances ? N’est-ce pas normal, dans un passé où beaucoup de gens visaient l’éternité, que des âmes pleines de talents pouvaient les enfouir dans un cloître ou un monastère dans le but de les dévouer complètement à l’amour de Dieu ? En effet, chaque moment de notre existence est d’une valeur sans mesure parce que de chacun de ses moments dépend pour le bien ou pour le mal une éternité sans mesure.

De plus, que les fleurs parlent peut nous aider à résoudre un autre problème apte à nous inquiéter : comment des âmes qui ne sont pas catholiques peuvent-elles être condamnées pour ne pas avoir eu la foi catholique, alors que des missionnaires ne sont jamais arrivés jusqu’à elles ? Nous ne pouvons sonder tout ce mystère mais il devient un peu moins difficile à comprendre, humainement parlant, si nous nous rappelons que c’est le même Dieu qui crée les fleurs et qui a institué l’Église catholique. Ainsi si la Providence de Dieu n’a jamais permis que la vérité catholique arrive jusqu’aux oreilles de telle âme, celle-ci ne pourra quand même pas prétendre qu’elle n’a jamais rien su du vrai Dieu, et il pourra la juger en fonction de ce qu’elle en a vraiment connu, par la beauté du firmament par exemple, des aurores, des couchers du soleil. En les contemplant, aura-t-elle réagi comme le païen Job, « Je sais que mon Rédempteur vit » (Job XIX, 25) ? Ou bien aura-t-elle dit, « Oui, c’est chouette, mais laisse-moi maintenant visiter la femme de mon voisin » ?

De fait, bon nombre des reproches faits à leur Créateur par nos contemporains se trouvent aussi dans la bouche des catholiques. Comme tout le monde aujourd’hui, beaucoup de catholiques sont plus ou moins coupés de la Nature par leur environnement de grande ville ou de faubourg, et leur « spiritualité » en devient aussi artificielle. On a dit, « Malheur à celui qui n’a jamais aimé un animal. » Les enfants sont proches de Dieu. Voyez comment ils aiment tout naturellement les animaux.

Seigneur, faites-nous la grâce de discerner votre présence au fond de toute chose et de toute personne, à chaque moment.

Kyrie eleison.

Doctrine Indispensable

Doctrine Indispensable posted in Les Commentaires Eleison on octobre 9, 2010

Je me rappelle la surprise de Mgr. Lefebvre en 1988 lorsque le nombre lui semblait être si petit des catholiques de la Tradition qui comprenaient l’énormité du scandale de la fête d’amour inter-religieux tenu à Assise cette année-là, mais voilà la corruption de nos temps : les idées, la vérité ne comptent plus, parce que « L’amour suffit ». En vérité, nous avons tous un besoin absolu, et de la doctrine, et de l’amour.

La doctrine est bien plus que seulement des formules de mots. Ceux d’entre nous qui avons reçu le don inestimable de la Foi, nous savons que de notre courte vie dans ce monde dépend dans la vie à venir une éternité de bonheur ou d’horreur inimaginables, et nous savons que ceci est le destin de tous les hommes, qu’ils le croient ou non, les Limbes pour les innocents non-baptisés étant la seule exception. Il s’ensuit que Dieu devrait être cruel – vain souhait de mainte pauvre âme cherchant à justifier sa révolte contre lui ! – pour ne pas offrir a toute âme à tout moment la lumière et la force dont elle a besoin pour gagner le Ciel et éviter l’Enfer, si elle le veut. Mais si une âme n’a pas la Foi, quelle forme cette lumière et cette force peuvent-elles prendre ?

Que la réponse nous soit indiquée par deux non-catholiques. Le docteur Samuel Johnson, géant du bon sens anglais au 18me siècle, a dit, « Pour qui Londres est ennuyeux, la vie est ennuyeuse ». Ce qui suggère que derrière le train-train de la vie de tous les jours, un homme forge, un jour après l’autre, une attitude envers la vie en général. Et le conte Léon Tolstoï dans son roman épique, Guerre et Paix, a dit, « Aimer la vie signifie aimer Dieu ». Ce qui suggère que l’attitude générale d’un homme envers la vie recouvre une attitude envers Dieu.

Bien sûr, mainte âme moderne niera vigoureusement que son attitude envers la vie ait quelque rapport que ce soit avec un Dieu qui pour lui « n’existe même pas », mais c’est néanmoins Dieu qui soutient dans l’être cet homme comme tous les objets qui encadrent sa vie, et c’est Dieu qui ne cesse de lui donner a tout moment de sa vie le libre arbitre avec lequel il est libre d’aimer ou de haïr le Dieu qui l’entoure dans tous ces objets. Par exemple, les Communistes passent pour être des athées, mais Lénine n’a-t-il pas dit une fois, « Dieu est mon ennemi personnel » ? Les Communistes, en tant que tels, haïssent la vie, et haïssent Dieu.

Alors quelle est l’attitude juste envers la vie et envers Dieu ? C’est le Premier Commandement qui nous le dit : il faut aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme et de tout son esprit. Mais comment puis-je aimer quelqu’un sans d’abord le connaître de quelque façon ? L’attitude juste envers la vie et envers Dieu présuppose une certaine foi et confiance en la bonté de la vie ou de Dieu. Ainsi lorsque des âmes simples s’approchent de Notre Seigneur dans les Évangiles pour lui demander un miracle, souvent il met a l’épreuve leur « foi », ou bien il la loue et la récompense en accordant le miracle. Quelle foi ? Foi en Notre Seigneur. Mais qui est-il ?

Voilà ce que doivent formuler les âmes doctes, en formulant la doctrine. Cette doctrine de Dieu est susceptible d’être toujours mieux formulée (jusqu’à un certain point) au cours des siècles, mais pas d’être changée, pas plus qu’on ne peut changer Dieu lui-même. Â cette doctrine nous devons toujours recourir pour corriger notre attitude envers la vie et envers Dieu, si tant est que nous voulons être heureux et pas malheureux pour l’éternité. La doctrine catholique est la vérité. Dieu est la vérité La vérité est indispensable.

Kyrie Eleison.