banquiers

Confession d’un Bankster

Confession d’un Bankster posted in Les Commentaires Eleison on juin 2, 2017

Tous les jours, notre âme joue le grand drame de sa courte vie sur terre. Lorsque nous faisons usage de notre libre arbitre, nous optons ou bien pour la Vérité de Notre-Seigneur Jésus-Christ et nous atteignons ainsi la béatitude éternelle ; ou bien nous nous laissons séduire par les tromperies du démon et finissons, à la mort, écrasés dans l’éternité des tourments de l’enfer. “On ne se moque pas de Dieu” (Gal. VI, 7), mais Il veille sur chaque âme en particulier, faisant tout pour la conduire au Ciel, sans pour autant lui ôter le libre arbitre dont Il l’a dotée. Mais en fait, la plupart des âmes préfèrent l’enfer (Mt. VII, 13–14) ! On voit pourtant quelques âmes lutter pour parvenir à la lumière. C’est notamment le cas de ce banquier néerlandais contemporain, tombé dans les pièges du démon, dont on peut écouter les déclarations sur Internet (youtu.be/cRuKmxQSPSw).

Le père de Ronald Bernard était un personnage peu commode qui amena son fils encore enfant, à croire que le monde et les hommes étaient «  plutôt médiocres  ». C’est pourquoi, dans sa jeunesse, son idéal se bornait à gagner le plus d’argent possible. Ses qualités naturelles lui permirent de réussir dans plusieurs genres d’affaires, jusqu’au jour où un courtier avec qui il travaillait, lui expliqua que, s’il voulait vraiment gagner de l’argent, il devait s’orienter vers la finance, à condition d’être capable de “laisser sa conscience au congélateur”. RB rit bien, car son « instinct de conservation » lui avait appris depuis longtemps à faire de sa conscience ce qu’il voulait. Il entra donc dans la finance, où les mêmes dons naturels le firent grimper de plus en plus haut.

Selon lui, sans avoir jamais atteint le sommet, il en était tout près. Ses banques clientes recherchaient des spécialistes capables de manipuler de grosses sommes d’argent de telle sorte que personne, à part ceux qui étaient au courant, ne pourrait soupçonner ce qui se tramait. C’est ainsi que l’élite maintient sa position au détriment du reste de la société, dit RB. Il ajoute : «  si vous voulez vraiment savoir ce qui se passe, suivez le fil de l’argent. ». Il adorait jouer, comme il dit, à manipuler des fonds considérables, et il y fit merveille pendant cinq ans. C’est ainsi qu’il apprit comment les banquiers, les gouvernements, les services secrets, les organisations terroristes, etc., jouent en réalité tous ensemble, si bien que «  le monde, que nous pensons connaître, n’est qu’une illusion en laquelle nous croyons.”

Cependant, en voyant la misère humaine engendrée par la primauté de l’argent, sa conscience finit par se ranimer. Un jour, un collègue lui raconta comment une affaire qu’ils avaient réussie pour faire chuter la Lire avait provoqué la banqueroute de la compagnie commerciale d’un père de famille qui ensuite se suicida. RB se contenta d’abord d’en rire, mais plus tard, il découvrit que la plupart des gens avec lesquels il travaillait étaient lucifériens, et prenaient Lucifer très au sérieux. Lui, au contraire, trouvait leurs cérémonies plutôt amusantes – jusqu’au jour où il fut invité à participer à une cérémonie de sacrifice d’enfant. S’il avait participé, les lucifériens auraient pu mettre le grappin sur lui et le faire chanter. Se souvenant de sa propre triste enfance, il refusa.

Il comprit alors qu’il existe «  tout un monde invisible  ». A cette époque, Il se met à lire, à faire des découvertes et à établir des liens. Il ne s’appuie donc pas sur des préjugés stupides, mais sur une expérience amère lorsqu’il recommande à ceux qui veulent voir la vie moderne telle qu’elle est, de lire les Protocoles des Sages de Sion. Il y a, dit-il, un groupe de personnes, disposant d’un pouvoir absolu, qui «  portent en elles une colère haineuse et profonde . . . une force voulant tout détruire, qui nous hait pewrsonnellement, hait la création, hait la vie  » et veut nous anéantir totalement. Malheur aux catholiques qui refuseraient cette réalité. Pour se défendre ils ont le Rosaire

RB tenta d’abord de continuer dans son métier, mais le conflit entre son travail et sa conscience finit par être insupportable. Ses forces physiques l’abandonnèrent et il lui fallut un an pour s’en remettre, car, entre autres, alors qu’il s’apprêtait à quitter la haute finance, on “sut le convaincre” de ne jamais révéler le nom des sociétés ou des collaborateurs qu’il connaissait. Il comprit alors pourquoi tant de ses collègues s’étaient mis à boire ou se droguaient – ou même étaient déjà morts. Pour lui, a révélation de tout un monde non matériel lui permettait maintenant de voir que lui-même était « plus » qu’un simple corps charnel. Ce « plus » l’aida à survivre au total effondrement de son corps.

Malgré ses avancées vers la lumière, RB ne mentionne, dans cette interview, ni Dieu ni Jésus-Christ ; mais cette omission même est peut-être elle aussi une grâce de Dieu Lui permettant d’atteindre des millions d’âmes sur Internet. Car autrement, à la simple mention du Saint Nom de Dieu, ne s’enfuiraient-elles pas précipitamment ? Il revient donc aux catholiques qui ont la foi, de prier pour tant d’ âmes piégées en profondeur par les illusions sans nombre de la vie moderne.

Kyrie eleison.

Finances Délinquantes II

Finances Délinquantes II posted in Les Commentaires Eleison on février 4, 2012

Les finances délinquantes ont aujourd’hui une signification religieuse car elles jouent un rôle majeur dans cet esclavage du monde entier qui est en train d’être imposé par les ennemis de Dieu. Sans doute certains de ceux-ci ne savent ce qu’ils font, mais les plus clairvoyants doivent bien être conscients que leur but ultime est d’envoyer toutes les âmes sans exception en Enfer. Toutefois, avant de présenter quelqu’autre rouage de leur machinerie financière, il est nécessaire de comprendre toute la délinquance du système bancaire de réserve fractionnaire, introduit dans le « Commentaire Eleison » du 29 octobre de l’année dernière.

Le système bancaire de réserve fractionnaire signifie qu’une banque n’a besoin de posséder en réserve, prête à être payée à ses clients, qu’une petite fraction du montant de l’argent qu’elle a prêté. Il est apparu en Europe vers la fin du Moyen Age lorsque les banquiers, en prenant en dépôt, disons, 100 kilogrammes d’or et en donnant en échange 100 billets de papier certifiant que le propriétaire de ce certificat pouvait réclamer à la banque telle quantité d’or, se sont rendu compte que presque jamais plus que dix clients, disons, ne présenteraient au même moment un certificat pour réclamer leur dépôt en or. Et tant que les gens avaient confiance que la banque aurait toujours de l’or pour leur en rendre en retour de leurs certificats, alors ces billets de papier pouvaient avantageusement servir d’argent, et pourraient circuler comme tel parmi le peuple.

Cependant, les banquiers comprirent du coup que dans le cours normal des affaires, ils auraient besoin de garder en réserve seulement 10 kilogrammes d’or pour 100 certificats, ou bien, si la banque avait en dépôt 100 kilogrammes d’or, ils pourraient alors mettre en circulation 1000 certificats de papier dont 900 n’auraient aucun équivalent en or à la banque. Donc ces 900 certificats constitueraient de l’ « argent-fantaisie » créé par la banque avec du vent, mais cela n’aurait aucun inconvénient tant que la proportion des clients qui voudraient échanger leur certificat de papier pour la pièce d’or correspondante ne dépasserait jamais un sur dix.

S’ils étaient plus nombreux qu’un sur dix, la banque n’aurait pas l’or correspondant aux certificats, et ou bien la banque emprunterait rapidement de l’or ailleurs pour le donner en échange des certificats présentés, ou bien des clients risqueraient de réaliser qu’on leur avait joué un tour avec leur or. Dès lors si la confiance dans la banque disparaissait, tous les clients exigeraient leur or immédiatement – les paniques bancaires ne sont rendues possibles que par le système bancaire de réserve fractionnaire – et un grand nombre de clients n’auraient plus dans leurs mains que d’inutiles billets de papier. La banque se trouverait bien sûr en faillite, et l’on pourrait espérer qu’elle disparût totalement.

Ainsi partout où fonctionne le système bancaire de réserve fractionnaire, la banque est intrinsèquement fragile, et en dernier ressort elle joue un tour à ses clients. Extrinsèquement elle peut se protéger en se procurant une garantie d’appui en cas de nécessité. Telle garantie est fournie en général par une banque centrale, mais la garantie n’est pas plus sûre que le garant, et en tout cas elle donne un pouvoir dangereux à la banque centrale. Voilà encore un exemple de délinquance financière, mais il faudra traiter d’abord de l’intérêt composé.

Le pouvoir est en jeu, et en définitive les âmes. Que personne n’aille dire que ces questions n’ont aucune incidence religieuse ! Qu’il suffise de se souvenir du Veau d’Or

Kyrie eleison.

Enfant Nécessaire

Enfant Nécessaire posted in Les Commentaires Eleison on décembre 24, 2011

Aujourd’hui dans les informations, apparaît constamment la crise financière et économique mondiale, spécialement en Euroland. Un commentateur Hollandais (courtfool.info) propose pour son pays une solution classique : ôter la monnaie de l’Etat des mains des banksters. Noël peut paraître un curieux moment pour considérer de tels problèmes monétaires, mais toute la question est de savoir si les solutions apparentes sont des solutions réelles.

A moins que l’Euro ait été positivement conçu comme un moyen de forcer une unité politique au-dessus de la variété des nations européennes, il fut, en tant que monnaie commune pour une douzaine d’économies nationales très différentes, condamné dès le début. Pour commencer, il a réellement permis aux nations membres les plus pauvres d’emprunter et de dépenser, d’emprunter et de dépenser, tandis qu’il a aidé les nations les plus riches à exporter et prêter, exporter et prêter, mais ce processus ne put pas se poursuivre indéfiniment. Quand les pays plus pauvres ne purent même plus payer les intérêts de leurs dettes, les pays plus riches furent aussi menacés de voir leurs économies paralysées par la faillite de leurs plus grandes banques qui avaient fait ces prêts insensés.

C’est alors que la Commission Européenne, la Banque Centrale Européenne et le Fonds Monétaire International coopérèrent pour fournir un fonds d’urgence, en d’autres mots pour résoudre le problème de la dette par davantage de dette ! Cependant, une condition pour recevoir ces fonds est que les pays endettés au-delà de tout espoir, se voient soumis à une tutelle internationale, laquelle imposera une diminution drastique des dépenses qui rendra les gouvernements nationaux de moins en moins capables de gouverner. Quant aux gouvernements plus riches, eux aussi doivent se rendre impopulaires en diminuant leurs dépenses pour faire face aux pertes provoquées par les prêts insensés de leurs grandes banques, dit Mr. de Ruijter.

Et voici sa solution. Il dit que c’est simple. Au lieu de jeter des douzaines de milliards de plus pour un Euro condamné à disparaître tôt ou tard, et au lieu que les agences internationales imposent des diminutions de dépenses, “nous pouvons introduire la monnaie d’Etat”. Une banque centrale d’Etat remplacera l’actuelle banque centrale qui, dans presque tous les Etats du monde, est pour l’instant sous contrôle privé. La banque d’Etat seule sera autorisée à créer de la monnaie. Tous les prêts seront fournis comme monnaie d’Etat. Toutes les banques privées, ou qui ne seront pas des banques d’Etat, se verront interdites de créer des bilans artificiels, en d’autres mots le système bancaire de réserve fractionnaire sera interdit (cf. EC 224). Ces banques privées recevront une rétribution pour leurs services, mais ne seront pas autorisées à percevoir des intérêts.

Et qui contrôlera la banque d’Etat ? Mr. de Ruijter écrit : “Elle tombera sous la responsabilité du Ministre des Finances , et elle sera contrôlée par le Parlement. Une commission de gens bien formés surveillera la santé du système monétaire”.

Très bien. Mais, Mr. de Ruijter, qui se chargera de former ces gens “bien formés” ? A quelle école apprendront-ils vraiment à veiller au bien commun ? Et quelle motivation assez puissante leur sera donnée pour les empêcher d’être astucieusement achetés par les banksters ? La démocratie ? C’est la démocratie qui a embourbé l’Europe dans la présente pagaille !

Voici la seule véritable et complète solution : le divin Enfant dans la Crèche de Bethléem. Joyeux Noël, chers lecteurs, et merci à vous tous qui m’avez envoyé une carte de Noël, ainsi qu’à ceux qui ne l’ont point fait !

Kyrie eleison.

Films de Crise

Films de Crise posted in Les Commentaires Eleison on septembre 24, 2011

Deux films intéressants sont déjà sortis au sujet de l’avènement aux Etats Unis de la crise financière et économique, qui depuis 2008 menace de miner tout le genre de vie de l’Occident. Les deux films sont bien réalisés. Tous les deux sont persuasifs. Toutefois l’un d’eux dépeint les banquiers comme des héros tandis que l’autre les montre comme des bandits. Si la société occidentale a un quelconque avenir cette contradiction mérite que l’on y réfléchisse.

Le film documentaire Inside Job consiste en une série d’entrevues avec des banquiers, des politiciens, des économistes, des hommes d’affaires, des journalistes, des intellectuels, des conseillers financiers, etc. Il en ressort un tableau effrayant de cupidité et de collusion dans la fraude au sommet de la société américaine dans tous ces domaines. La libre entreprise fut la justification d’une abolition du contrôle des activités financières dans les années 1980 et 1990, ce qui a donné aux hommes d’argent un pouvoir toujours plus grand au point de contrôler tous les politiciens, journalistes et intellectuels influents. Ainsi un impitoyable processus de pillage de la classe moyenne et des travailleurs est toujours en cours. La colère des victimes augmente et menace d’exploser, mais, en tout cas jusqu’à présent, les hommes d’argent ne peuvent s’empêcher de se gaver à l’abreuvoir qu’ils ont si bien planifié à leur profit. “L’avarice est bonne. Elle fait tourner le monde,” disent les “banksters”, autrement dit, les banquiers-gangsters.

Dans le deuxième film, Too Big to Fail, sont représentés les évènements dramatiques de l’automne 2008 ayant pour centre l’effondrement de Lehman Brothers, l’une des principales banques d’investissement de New York. Hank Paulson, alors ministre de finances des États Unis, entre en scène au moment oû, en suivant les principes classiques de la libre entreprise, il rejette l’opération de sauvetage par le gouvernement qui seule aurait pu sauver Lehman Brothers de la faillite. Mais il en résulte un tel ébranlement de la communauté financière mondiale de par la menace d’un effondrement universel du commerce et de la finance, que Paulson et ses camarades du gouvernement avec l’aide de tous les principaux banquiers de New York, doivent persuader le Congres des Etats Unis d’approuver un sauvetage par les contribuables, au profit des grandes banques dont on ne peut permettre la faillite. Il y parvient juste à temps. Le système est sauvé. Le gouvernement et les banquiers sont les héros du jour. Une fois encore le capitalisme prouve être la merveille que nous avons toujours su qu’il était-mais cette fois-ci grâce à l’intervention socialiste !

Alors, les banquiers sont-ils des héros ou des bandits ? Réponse : des héros, tout au plus à court terme, mais certainement des bandits au bout du compte, car un minimum de bons sens suffit pour réaliser qu’aucune société ne peut être bâtie sur l’avarice, parce que toute société nécessite l’altruisme. Dans n’importe quelle société il y aura toujours ceux qui possèdent, et ceux qui ne possèdent pas (cf.Jn XII, 8). Les dirigeants d’une société qui possèdent l’argent et le pouvoir doivent absolument s’occuper des masses qui n’ont ni l’un ni l’autre, autrement il y aura révolution et chaos. Bien sûr les globalistes tirent leurs plans sur le chaos de demain pour qu’il leur livre le pouvoir mondial le jour suivant, mais tandis qu’ils peuvent proposer, c’est Dieu qui dispose.

En attendant les Catholiques et quiconque se préoccupe de l’avenir devraient voir ces deux films et se poser certaines questions incommodes au sujet du capitalisme et de la libre entreprise. Comment se fait-il que le capitalisme ne pouvait être sauvé cette fois-ci que par le socialisme ? Le gouvernement est-il alors chose aussi mauvaise qu’on le pense ? Le capitalisme est-il réellement si bon ? Comment une société peut-elle dépendre de l’avarice des hommes pour survivre ? Comment la nôtre a-t-elle pu tomber dans une telle dépendance ? Et y a-t-il en ce moment quelque signe que ce soit que l’on se pose de telles questions ? Ou est-ce que le culte rendu par tous à Mammon – appelons les choses par leur nom – bat son plein ?

Tant que Jésus Christ n’absout pas les hommes de leurs péchés par l’intermédiaire de ses prêtres, aucun système de société post-chrétien, ne peut, en dernier recours, fonctionner. Le capitalisme n’a pu fonctionner qu’en parasitant ce qui restait encore du Catholicisme des siècles précédents.

Kyrie Eleison.

Dénouement du Capitalisme

Dénouement du Capitalisme posted in Les Commentaires Eleison on décembre 18, 2010

L’égoïsme ne peut faire une société. Or l’argent représente essentiellement le pouvoir de son propriétaire de revendiquer les services d’autrui. Si donc on définit le capitalisme, en des termes plus que seulement économiques, comme une façon d’organiser la société entière de telle manière que tout membre doit être laissé libre de s’approprier autant de capital, autrement dit d’argent, qu’il peut et qu’il veut, il s’ensuit que le capitalisme fourmille de contradictions. Pour faire une société qui requiert des altruistes, il pousse tout le monde à faire des égoïstes !

Aussi le capitalisme ne peut-il survivre que le temps que les membres d’une société capitaliste gardent encore des valeurs pré-capitalistes, telles le bon sens, la modération dans la poursuite de l’argent et le respect du bien commun. Mais le capitalisme entendu comme ci-dessus ne fait rien pour promouvoir ces valeurs qu’il présuppose. Au contraire, il s’y oppose, comme l’égoïsme s’oppose à l’altruisme. Donc le capitalisme est un parasite qui ronge le corps social dont il mine les valeurs pré-capitalistes qui sont pourtant nécessaires à la survie du corps.

Cette contradiction intrinsèque à toute société centrée sur la poursuite de l’argent atteint son paroxysme dévastateur dans la situation actuelle de la finance et de l’économie mondiales. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale en particulier les nations du monde se sont mises de plus en plus à la recherche de l’argent pour fournir les conforts matériels qu’elles préfèrent désormais aux conforts spirituels qui donnaient avant un sens à leur vie. En admirant et en recherchant l’argent, elles ont été contentes de permettre aux maîtres de l’argent de s’emparer de leurs sociétés. Admirés et recherchés, ces maîtres de l’argent se sont arrachés toujours plus d’argent et de pouvoir. En effet, quels freins intrinsèques à l’argent ou au pouvoir y a-t-il qui mettent des limites à leur accumulation ? Aucun. Les banquiers deviennent de véritables gangsters.

D’où l’invention il y a une douzaine d’années des « dérivés » par exemple, instruments financiers qui font fortune pour les banquiers-bandits qui les créent, mais qui agissent sur les mécanismes délicats de la finance mondiale comme des armes de destruction massive, parce qu’ils créent facilement un monde irréel de dettes colossales et impayables. Dans ce monde de dette impayable, déstabilisé par la fraude, voilà qu’un gouvernement après l’autre maintient une semblance d’ordre en fabriquant à partir de rien des quantités fabuleuses d’ « argent » pour « payer » la dette, processus qui ne peut se terminer que dans une inflation enlevant à la monnaie concernée toute sa valeur et utilité. Pour cette raison tout l’argent dans le monde aujourd’hui qui est à base de papier ou d’électronique – et depuis des années le monde n’en a pas d’autre – est condamné à mort.

Or l’argent est à une société ce que l’huile lubrifiante est à un moteur. Sans lubrifiant, le moteur se grippe et « meurt ». Sans l’argent dans une société, l’échange devient beaucoup plus difficile et le commerce peut se ralentir jusqu’à l’arrêt total. Si donc pour une raison semblable les transports de nourriture ne pouvaient plus circuler et que la nourriture en venait à faire défaut, surtout dans les grandes villes, qu’est-ce que pourrait faire un politicien pour apaiser le peuple affamé, et pour empêcher que ce peuple vienne le trouver, fourche à la main ? Lancer une guerre !

La Troisième Guerre mondiale s’approche. Seigneur, ayez pitié !

Kyrie Eleison.

L’Europe sans Foi

L’Europe sans Foi posted in Les Commentaires Eleison on octobre 10, 2009

Pauvre Irlande ! Pauvre Europe ! Il y a tout juste 16 mois, le peuple irlandais rejetait le Traité de Lisbonne (2007) qui devait placer l’Irlande plus fermement sous le contrôle de l’Union Européenne (UE), mais ce « Non » du peuple n’était pas ce qu’attendaient les politiciens irlandais et européens. Et alors après quelques concessions ici et là, ceux-ci imposèrent un nouveau referendum, et, depuis la semaine dernière, ils ont ce qu’ils voulaient. La porte est désormais grande ouverte pour une réforme massive du processus décisionnel à Bruxelles qui augmentera le pouvoir central de la Commission Européenne aux dépens des droits de veto de chaque État-membre.

Ce qu’un peu plus du tiers des inscrits Irlandais semble avoir choisi la semaine dernière, c’est sûrement cette prospérité matérielle et ce consumérisme qui étaient inconnus en Irlande jusqu’à ce qu’elle rejoignît l’UE en 1973. Quel contraste avec le Dr Salazar, catholique dévot et leader du Portugal de 1932 à 1968 ! Sachant que la vie, la politique et même l’économie ne se résument pas à offrir des vols à bas coûts vers des plages dorées, il préféra pour son pays « l’indépendance par la pauvreté », car cette indépendance doit s’établir tout d’abord vis à vis des banksters internationaux. Les médias viles et totalement à la botte de ces banquiers-gangsters lui collèrent alors l’étiquette de « dictateur fasciste », mais le peuple portugais le suivit fidèlement, principalement parce que l’arrivée de Salazar au pouvoir était un des fruits du renouveau de leur piété catholique à Fatima (1917).

Et malgré cela, seize ans seulement après sa mort, le Portugal rejoignait l’UE. Vraiment, la marche en avant des ennemis de Dieu dans notre monde semble être inexorable. Toute tentative pour résister à leur poussée vers l’Antéchrist ressemble de plus en plus à l’image d’un château de sable qui tenterait de résister à la marée qui monte. Si le château est solidement bâti, comme l’était le Portugal de Salazar, il résiste un court moment, mais passé ce court délai il s’écroule sous les ressacs répétés. Aussi toute l’Europe s’enferme-t-elle d’elle-même dans le Nouvel Ordre Mondial, sans Dieu, pour jouir du football et des plages ensoleillées !

Pauvre Europe, vraiment ! Si quelqu’un souhaite se renseigner sur ce qui se passe en réalité à l’intérieur du gouvernement Européen, chaque jour plus puissant, de Bruxelles, au-delà du « brillant et du clinquant de l’avalanche des publications qui nous serinent combien l’Union Européenne est merveilleuse et indispensable », qu’il se laisse recommander le petit ouvrage fort bien écrit d’un Membre du Parlement Européen, Mme Marta Andreasen : « Bruxelles mise à nu » (disponible par commande à info@stedwardspress.co.uk). Cette personne fut engagée en janvier 2002 comme Chef du Service Financier, responsable de la totalité du budget de l’Union. Elle décrit dans son livre comment, presque aussitôt dans ses fonctions, elle se trouva confrontée à des malversations colossales dans les finances de l’UE. Puisqu’elle refusait de marcher dans la combine elle fut derechef petit à petit mise à l’écart, pour se retrouver enfin isolée. Cinq mois seulement après avoir été embauchée, elle fut limogée pour avoir tenté de faire son travail correctement.

C’est par sa propre expérience qu’elle peut dénoncer Bruxelles comme étant une couche superposée d’officiels « sans loi, corrompus, incompétents, non démocratiques, bureaucrates, voulant tout réglementer, et en fin de compte, inutiles ». La raison qu’elle en donne, c’est qu’ils se sentent virtuellement libres de répondre à qui que ce soit de leur travail. Sera-t-il est venu à l’esprit de Madame Andreasen que l’UE peut avoir des maîtres cachés qui préfèrent des serviteurs corrompus, d’autant plus faciles à manipuler ? Un tel soupçon ne fait surface nulle part dans son livre. Elle nous annonce qu’elle va continuer la lutte depuis l’intérieur, en tant que Membre du Parlement Européen. Hélas, l’Europe sans foi qu’elle cherche à réformer ne mérite plus guère ce genre de dévouement. En revanche, si elle insiste, de manière ou d’autre elle risque d’être noyée sous la marée qui monte – par des menaces contre l’un ou l’autre de ses enfants, si nécessaire . . .

Kyrie eleison.