politique

Aux Origines Du Covid

Aux Origines Du Covid posted in Les Commentaires Eleison on décembre 5, 2020

Ces “Commentaires”ne cessent de rappeler que c’est le Bon Dieu qui se trouve au centre de la tempête suscitée dans le monde entier par les mensonges affirmant que le virus Covid-19 fait planer une menace majeure pour l’ensemble de l’humanité, alors que les statistiques montrent depuis le début qu’il n’est guère plus menaçant qu’un virus de grippe ordinaire. Ce qui est néanmoins vrai, c’est que le virus menace de changer profondément le mode de vie du monde entier, car ce sont assurément les ennemis judéo-maçonniques de Dieu qui l’ont conçu dans ce but, ni tous les Juifs ni tous les Franc-maçons sans exception, mais ces Juifs-là et ces Franc-maçons-là qui conspirent ensemble contre le Bon Dieu pour établir une tyrannie mondiale qui réussisse à reléguer en Enfer toutes les âmes humaines qu’Il crée.

De cette conspiration résulte la guerre cosmique entre amis et ennemis de Dieu qui actionne l’histoire du monde. Il est évident que Dieu, étant omniscient, connaît dans les moindres détails tout ce que les deux partis se préparent à faire. Et étant tout-puissant, Il peut intervenir à tout moment pour aider ses amis, comme Il nous l’a montré surtout il y a 2000 ans, par l’Incarnation de son Fils. Mais Son but premier étant de peupler le Ciel d’êtres rationnels qui auront fait usage de leur raison pour passer leur éternité avec lui et non sans lui, on serait presque poussé de dire qu’Il assure à Ses ennemis une bien grande liberté pour tenter et tourmenter Ses amis, alors que pour Ses amis Il intervient pour rétablir l’équilibre. En effet, Ses ennemis ont le diable et ses armées d’anges déchus pour les aider, au point que saint Paul avertira les chrétiens que leur combat n’est pas contre la chair et sang humains, mais contre les démons (Eph. VI, 12).

On le voit. La ruse avec laquelle ces conspirateurs contre Dieu dissimulent aux amis de Dieu leurs véritables intentions est proprement diabolique. Notre Seigneur lui-même a dit à ses Apôtres « Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups” (Mt. X, 16). Pour détraquer les loups, une intervention majeure de Dieu a eu lieu il y a un peu plus d’un siècle lorsqu’ils ont pu découvrir les Protocoles des Sages de Sion. Certes, les Sages de leur côté se sont efforcés de contester l’authenticité des Protocoles, mais comme l’a dit un Américain réputé pour son bon sens : “Si vous voulez savoir si les Protocoles sont authentiques, vous n’avez qu’à regarder autour de vous.” En voici un résumé, bref mais juste –

Mentalement, les Gentils sont inférieurs au peuple des Non-gentils et ils ne savent pas diriger correctement leurs nations. Pour leur bien comme pour le nôtre, nous devons abolir leurs gouvernements et les remplacer par un gouvernement unique. Cela prendra beaucoup de temps et entraînera de grandes effusions de sang, mais c’est pour une bonne cause. Voici ce que nous devrons faire  : Placer partout nos agents et nos aides  ; nous emparer des médias et en profiter pour y faire la propagande de nos projets. Attiser les discordes entre les différentes races, classes et religions  ; utiliser la corruption, les menaces et le chantage pour obtenir ce que nous voulons. Entrer dans les Loges maçonniques pour y attirer à nous les individus susceptibles d’exercer des responsabilités dans la société  ; faire appel à l’ego des gens qui réussissent bien. Mettre en place importante des marionnettes que nous pourrons contrôler par le chantage. Remplacer le pouvoir royal par le pouvoir socialiste, ensuite le communisme, puis le despotisme. Abolir tous les droits et les libertés, sauf le droit reposant sur la force que nous-mêmes exercerons. Sacrifier les personnes, parfois même les non-Gentils, quand cela sera nécessaire. Éliminer la religion, la remplacer par la science et le matérialisme. Contrôler le système éducatif, pour répandre le mensonge et détruire l’intelligence. Réécrire l’histoire à notre avantage, créer des divertissements, corrompre les esprits par les saletés et distractions, pousser les gens à s’espionner mutuellement, maintenir les masses dans la pauvreté pour les obliger à un travail perpétuel. Prendre possession de toutes les vraies richesses, des biens et surtout de l’or  ; utiliser l’or pour manipuler les marchés, provoquer des dépressions, etc. Introduire un impôt progressif sur la richesse, remplacer les investissements sains par la spéculation, accorder aux gouvernements des prêts à long terme portant intérêt, donner de mauvais conseils aux gouvernements et à tout le monde. Puisque nous blâmerons les gouvernements goy (païens) pour le gâchis qui en résultera, les goyim (païens) finiront par se mettre tellement en colère contre leurs propres gouvernements qu’ils seront heureux de nous voir les prendre en main. Nous nommerons alors un descendant de David pour être le roi du monde, et les autres goyim se prosterneront et chanteront ses louanges. Tout le monde vivra dans l’ordre et dans la paix sous son règne de gloire.

Qui ne reconnaît pas ici, comme Henry Ford, le monde “autour de nous” ? Et les origines du Covid ?

Kyrie eleison.

La Voix du Peuple – II

La Voix du Peuple – II posted in Les Commentaires Eleison on août 17, 2019

L’interview du Président Poutine donnée au Financial Times en juin dernier, partiellement résumée ici et que nous avons citée la semaine dernière, est désormais célèbre, car l’annonce prophétique selon laquelle « l’ idée libérale » a fait son temps et se trouve aujourd’hui dépassée, touche un point sensible chez les politiciens et les médias occidentaux. Ils ont réagi vivement, semblables à des fourmis dont la fourmilière a été dérangée avec un bâton. Que signifie cette prophétie, et qu’est-ce qui explique la réaction occidentale à celle-ci ? Afin de comprendre ce qui est au cœur de son propos, commençons par un résumé du résumé. L’interview originale aborde de nombreux thèmes, mais ce qui est dit sur le libéralisme est en effet le plus important des sujets abordés.

Le Président part du problème pratique que représente pour les peuples occidentaux l’immigration massive d’étrangers inassimilables dans leurs pays. Sur le terrain, le multiculturalisme ne fonctionne pas, tout simplement. Mais le libéralisme des élites qui sont à la tête de l’Occident, leur fait traiter l’ immigration non pas comme un problème, mais comme une avancée faisant partie du progrès. Si bien qu’ils ne font rien pour l’arrêter, ni la contrôler. Mais les États peuvent-ils survivre sans certaines règles humaines et sans ces valeurs morales fondamentales qui, en Occident, ont été tirées de la Bible ? Le mépris des élites libérales pour ces valeurs bibliques, encore vivantes parmi les peuples, prouve que leur libéralisme est déphasé par rapport à la réalité et se trouve désormais obsolète. Il est certes souhaitable que l’antilibéralisme ne se transforme pas à son tour en tyrannie, mais la mainmise actuelle des libéraux sur la politique et les médias occidentaux est déjà une véritable tyrannie, et elle doit prendre fin.

En bref, les valeurs libérales sont opposées aux valeurs bibliques. Les valeurs bibliques ont construit les nations occidentales. Donc les valeurs libérales sont en train de détruire ces pays. Il est donc temps que les valeurs libérales cessent de nuire à l’Occident. Sur ce point, Poutine a pleinement raison mais, parce que c’est un politicien et non un théologien, il ne peut donner à l’argument toute sa force ; il ne peut se fonder sur des absolus tels que le Dieu Tout-Puissant et les dix Commandements : Il doit se contenter d’invoquer la présence des valeurs bibliques encore en cours parmi les peuples occidentaux. Aujourd’hui, après 70 ans d’effroyables souffrances subies sous le communisme juif, le peuple russe revient au Christ de l’ Orthodoxie, si bien que Poutine peut s’appuyer sur le retour de son propre peuple aux valeurs bibliques. Mais trouve-t-on quoi que ce soit de chrétien dans la résistance des peuples occidentaux à l’immigration massive ? A peine. Par contre on y trouve une participation décisive des ennemis du Christ dans l’organisation et le financement de l’immigration massive. (Les lecteurs de ces « Commentaires » se souviendront peut-être des propos de Barbara Specter, Juive en Suède, qui se vantait du fait que c’est sa race qui est derrière l’immigration, « nécessaire pour sauver l’Europe » – entendez : pour la sauver du Christ).

Ainsi, lorsque Poutine fonde son argumentation pour les nations occidentales sur leur fidélité aux valeurs bibliques, qui peut nier que celles-ci s’érodent de plus en plus vite ? «  Soyez remercié, Monsieur le Président, de vouloir nous défendre comme vous le faites, mais en toute honnêteté, libéraux que nous sommes, nous n’apprécions guère votre défense. Nous aimons notre libéralisme parce qu’il nous donne la liberté de pécher comme bon nous semble. Vous essayez de nous sauver de nous-mêmes, mais nous vénérons Mammon (l’argent), et nous adorons notre liberté, égalité et fraternité. Nous choisissons d’aller en enfer. Ayez la bonté de nous laisser tranquilles. Nous avons mis des siècles à nous débarrasser de Dieu, et nous ne voulons pas qu’il revienne. » Telle est la réaction de l’Occident, implicitement sinon explicitement, à l’approche politique de Poutine. Il faudrait des apôtres de feu pour camper le besoin de la religion dans les termes les plus absolus :

De toute éternité, Dieu existe, immuable. Librement Il a choisi de créer des créatures spirituelles, les anges, et les hommes faits à partir de matière tirée de la terre, afin d’avoir des êtres avec qui partager Son bonheur infini. Mais Il n’a jamais voulu peupler Son Ciel de simples robots. C’est pourquoi, chaque créature spirituelle a reçu le libre arbitre et doit encore en faire usage pour passer avec Lui l’ éternité au Ciel plutôt que sans Lui en Enfer. Pourtant, un tiers des anges, tout comme le couple à l’origine du genre humain, ont préféré l’Enfer. Alors, Il a élu une race pour préparer à son divin Fils un berceau, afin que celui-ci revête la nature humaine et puisse réparer cette faute. Mais la race qu’Il s’était élue a crucifié son Fils. Et depuis, elle combat l’Église instituée par son Fils pour la rédemption des âmes jusqu’à la fin du monde. Ce combat est une guerre cosmique, jouant le rôle moteur dans les événements mondiaux.

Kyrie eleison.

La Voix du Peuple – I

La Voix du Peuple – I posted in Les Commentaires Eleison on août 10, 2019

Reportons-nous sur le site en.​kremlin.​ru/​events/​president/​news/​copy/​60836, où l’on trouve une importante interview du Président Poutine datant de juin dernier. Nous la résumons ci-dessous en partie. Nous l’analyserons la semaine prochaine dans ces “Commentaires”.

« Que se passe-t-il donc en Occident . . . et en Europe ? Les élites dirigeantes sont maintenant coupées du peuple par un énorme fossé séparant l’intérêt des élites de celui de l’écrasante majorité de la population . . . . Cela signifie que le libéralisme n’a plus sa raison d’être car, comme l’ont admis nos partenaires occidentaux, les idées libérales, telles que le multiculturalisme, ne fonctionnent plus.

Lorsque l’afflux de migrants porta en Europe occidentale le problème de l’immigration à son paroxysme, nombreux furent ceux qui reconnurent que le multiculturalisme ne marche plus, et qu’il était temps de prendre en compte les intérêts de la population autochtone. Il est possible que la construction d’un mur entre le Mexique et les États-Unis soit une solution extrême . . . mais au moins le président Trump cherche une solution. Qui d’autre s’occupe du problème ? . . . L’Américain moyen se dit : « Il fait bien ; au moins il tente quelque chose et cherche des solutions ».

A l’inverse, les libéraux, eux, ne font rien. Assis dans leurs bureaux confortables, ils sont persuadés que tout va pour le mieux, tandis que ceux qui sont tous les jours sur le terrain, dans les rues du Texas ou de la Floride, sont très inquiets, parce qu’ils voient de sérieux problèmes se profiler à l’horizon . . . . Est-ce que quelqu’un s’occupe encore de tous ces gens ? C’est la même chose en Europe. J’en ai discuté avec bon nombre de mes collègues, mais personne n’a de réponse. Ils disent que les lois actuelles excluent une ligne politique dure . . . . Eh bien, il n’y a qu’à changer les lois ! En Russie, nous faisons en sorte que les immigrés doivent respecter la législation, les coutumes et la culture de la Russie. Certes, nous avons également des problèmes d’immigration, mais au moins nous faisons quelque chose pour y remédier.

Les libéraux, eux, partent du principe qu’il n’y a rien à faire . . . . Les migrants peuvent tuer, piller et violer en toute impunité parce que leurs droits en tant que migrants doivent être protégés. Mais de quels droits peut-il bien s’agir ? Tout crime ne doit-il pas être puni ? En fait, le libéralisme est devenu obsolète. Il est désormais la source de conflits permanents avec les intérêts de l’écrasante majorité de la population. Par exemple aujourd’hui on entend certains affirmer au nom du libéralisme qu’il y a cinq ou six rôles de gendre que les enfants peuvent jouer ! . . . Pourtant aux libéraux qui poursuivent la vie, la liberté et le bonheur tels qu’ils les conçoivent, on ne peut tout de même pas permettre de dominer la culture, les traditions et les valeurs familiales traditionnelles des millions de personnes qui constituent l’essentiel de la population.

Quant à la religion, elle ne peut être évincée de l’espace culturel. Rien de la sorte ne doit être écarté. La Russie est une nation chrétienne orthodoxe, ce qui n’est pas une nation catholique. Mais, vu de la Russie, nous avons parfois le sentiment que le même libéralisme est à l’œuvre dans l’Eglise catholique, profitant d’éléments et problèmes à l’intérieur de l’Église romaine pour la détruire . . .  ! Je considère que cela est incorrect, voire dangereux. Avons-nous oublié que nous vivons tous dans un monde fondé sur les valeurs bibliques ? Les athées eux-mêmes qui habitent ce monde, profitent de ces valeurs. Peut- être ne pratiquons-nous pas tous notre religion tous les jours ni en publique, il n’empêche que dans le fond il doit toujours y avoir des règles humaines et des valeurs morales de base. En effet, ces valeurs traditionnelles sont plus stables et plus importantes pour des millions de personnes que le libéralisme, lequel – à mon avis – touche à sa fin.

Mais alors le libéralisme se fera-t-il remplacer par la tyrannie ? Pas nécessairement. Une certaine variété d’opinions doit toujours avoir libre jeu. Ce qui compte, c’est que les intérêts du public en général, la vie ordinaire telle que des millions de personnes la mènent chaque jour, ne soient jamais oubliés . . . . C’est pourquoi même les libéraux méritent un certain respect. Mais ce qui est inacceptable, c’est qu’ils continuent à imposer leur point de vue au monde entier, comme ils le font déjà depuis des décennies, tant dans les médias que dans la vie réelle. Par exemple, comment ont-ils réussi à rendre tabou la discussion de certaines questions ? En conclusion, laissons aux libéraux la liberté de la parole, mais ne les laissons plus tyranniser l’arène publique.

Kyrie eleison.

Diagnostic du Brexit – I

Diagnostic du Brexit – I posted in Les Commentaires Eleison on mai 4, 2019

Le Parlement Britannique qui passait autrefois pour être le maître du monde, étale maintenant depuis des mois aux yeux du même monde l’indigne spectacle des divisions et de l’irrésolution la plus affligeante. Pourquoi le fait de sortir de l’Union européenne provoque-t-il tant de confusion et tant de bouleversements ? Sans doute, parce que quand la classe politique a donné au peuple en 2016 la possibilité de voter par référendum sur sa politique allant vers un Nouvel Ordre Mondial, le peuple s’en est saisi. Il a voté en masse, comme jamais en Grande-Bretagne, et la classe politique fut complètement prise au dépourvu quand les résultats ont montré que ce Nouvel Ordre Mondial était rejeté par 52% des voix contre 48%. Le vote en faveur du Brexit (la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne) a enlevé à cette classe ses repères, et elle ne cesse depuis de s’enliser. Il faut dire qu’il y a bien longtemps que ces politiques sont complètement envoûtés – ou bien achetés – par le NOM !

Oui ! achetés, parce que l’Union européenne et son parlement de Bruxelles sont sous l’empire de Mammon, c’est-à-dire sous l’empire de l’argent. Parce que l’Union européenne fut lancée par l’idée d’acheter, grâce à la prospérité matérielle, le soutien des peuples européens, tous très différents, afin de fondre leurs diversités nationales en un seul État européen, qui à son tour serait une composante clé de l’unique État mondial international, celui du Nouvel Ordre Mondial. Pour les maîtres judéo-maçons œuvrant derrière le NOM, cette politique d’union devrait résulter de la prospérité de la monnaie unique, c’est-à-dire de l’euro. Ils s’attendaient à ce que les Européens soient tellement émerveillés par le travail matérialiste des banquiers qu’ils ne s’opposeraient pas à une immigration incontrôlée de populations non-européennes qui viendraient dissoudre leur nations.

Mais “L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole sortant de la bouche de Dieu” (Mt IV, 4). La religion (la relation de l’homme à son Dieu) est première dans l’ordre de la nature. La politique (les relations de l’homme à ses semblables) n’est que secondaire. Quant à l’économie (relation de l’homme à l’argent), elle ne vient qu’en troisième position. Il est donc contraire à l’ordre naturel que l’économie mène la politique. Certes, la révolution peut renverser l’ordre naturel des choses, mais la nature reste toujours susceptible de reprendre ses droits. On comprend dès lors que le vote du Brexit ait été directement provoqué par le fait contre nature de l’admission en Grande-Bretagne de hordes inassimilables venant de l’étranger. Cependant, quand la nature se réaffirme, les politiciens modernes, pratiquement tous des matérialistes athées et superficiels, sont pris au dépourvu, comme par le vote entérinant le Brexit. Ils font la guerre à la nature. Comment veut-on qu’ils la comprennent ou la dirigent ?

Mais qui a élu tous ces politiciens à l’esprit dénaturé ? Qui d’autres que les peuples (pas seulement de Grande-Bretagne), selon le sacro-saint principe de la démocratie ? Pourquoi disons-nous « sacro-saint » ? Parce que le renversement de l’ordre naturel est aujourd’hui complet : l’économie moderne est faite pour renverser la politique ; la politique moderne est faite pour renverser la religion : et la démocratie devient une religion de substitution. La volonté du peuple remplace la volonté de Dieu. Cela signifie que le vote de 2016 n’était pas valide uniquement parce que la volonté du peuple britannique était à 52% pour le Brexit et 48% contre, mais parce que ce vote favorisait ce qui est naturel : l’identité qui est donnée par Dieu aux nations européennes, avec leurs dons divers, conçus par Dieu pour former une Europe harmonieuse, comme on l’a vue au Moyen Age catholique. “Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice (la religion) et tout cela (la politique) vous sera donné par surcroît “ (Mt. VI, 33).

Donc les Britanniques qui ont voté pour le Brexit, ont-ils l’âme religieuse ? Pas vraiment ! La plupart sont des matérialistes athées, mûrs pour le communisme bureaucratique et tyrannique de Bruxelles. Leur vision indigente ne va pas beaucoup plus loin que celle des politiciens pour lesquels ils votent habituellement. Mais la Manche leur offre une petite distance et une certaine perspective sur ce qui se passe en Europe, de sorte qu’au moment du vote du Brexit, d’anciens instincts naturels sont entrés en jeu, les mêmes que ceux qui leur ont permis de conserver l’apparence – pas la substance ! – d’une monarchie catholique. Cependant, si le peuple britannique n’y prend garde, s’il ne veut pas “veiller et prier” pour son pays, les ‘banksters’ auront tôt fait de lui voler les fruits de leur bon vote d’une manière ou d’une autre. Il ne fait aucun doute qu’ils sont déjà à la manœuvre, et qu’ils complotent pour circonvenir ces ‘Brexiteers’ qu’ils prennent pour stupides et arriérés. Certes, Dieu est d’une générosité infinie, mais on ne se moque pas de Lui, et on ne saurait le tromper !

Kyrie eleison.

Les USA Fourvoyés

Les USA Fourvoyés posted in Les Commentaires Eleison on février 23, 2019

La semaine dernière, ces “Commentaires” citaient le Président russe Poutine qui, en 2014, accusait les États-Unis d’Amérique d’avoir “ruiné tous les systèmes de sécurité collective dans le monde”. A quoi faisait-il allusion ?

Dans les années 1980, les présidents Reagan pour les des États-Unis et Gorbatchev pour la Russie, réalisant le danger que représentait de chaque côté le stockage d’armes nucléaires capables de d’éradiquer toute vie sur terre, s’entendirent pour conclure des accords visant à réduire les stocks d’armes dont ils disposaient, et pour s’abstenir de produire d’autres armes encore plus dangereuses dont ils ne disposaient pas encore. Ces accords ont apaisé les tensions et ont aidé à maintenir la paix entre les deux nations jusqu’à la fin de la Guerre Froide en 1989 et au-delà ; mais la chute du mur de Berlin et l’effondrement de la Russie soviétique créèrent une situation internationale nouvelle : les États-Unis restaient désormais la seule superpuissance sur la scène internationale. L’Amérique allait-elle avoir la sagesse de ne pas abuser de sa puissance militaire, devenue maintenant écrasante ?

Un certain nombre de dirigeants à l’intérieur des États-Unis ont appelé à une forte réduction des dépenses militaires – un tel budget était-il encore nécessaire ? – Dès 1961, le président sortant Eisenhower, dans son fameux discours d’adieu à la nation, avait déjà mis en garde les citoyens américains contre le “complexe militaro-industriel” de l’État, qui exerçait une trop grande influence sur la politique. Par “complexe militaro-industriel”, il entendait cette alliance triangulaire informelle qui s’était constituée entre les forces armées, l’industrie lourde et le Congrès des États-Unis. Le danger était qu’ensemble, ils cherchent la guerre en vue des immenses profits que leur apporterait la production d’armes coûteuses. En effet, en 2011 les États-Unis à eux seuls dépensèrent pour leurs forces armées plus que les 13 autres nations suivantes ne dépensèrent ensemble.

Le vrai de tout cela, c’est qu’une économie capitaliste prospère grâce à une économie de guerre, lorsque des armes coûteuses sont à produire et qu’il faut les remplacer si elles sont détruites, ce qui entraîne un volant d’affaires d’autant plus important pour les fabricants. Ainsi, à la fin de la Guerre Froide, il y avait au moins trois arguments en faveur du maintien de lourdes dépenses d’armement : les États-Unis devraient toujours être prêts à se défendre contre les menaces qui pouvaient surgir ; l’économie avait besoin de faire du chiffre d’affaires ; et le monde avait besoin d’un gendarme. Dans des limites raisonnables, chacun de ces arguments est recevable. Mais le Plan élaboré par les dirigeants américains (en particulier par Dick Cheney) dans les années 1990 pour conduire la politique américaine n’était pas nécessairement raisonnable : il ambitionnait de permettre aux États Unis de régir le monde entier. Il fallait donc que les États-Unis conservassent une supériorité militaire écrasante et prévinssent l’apparition de nouveaux rivaux susceptibles de les défier sur la scène mondiale. Il s’agissait de dominer tant les amis que les ennemis. L’esprit de ce Plan n’était pas de dire que les États-Unis devaient être puissants ou très puissants, mais qu’ils devaient être d’une puissance absolue. Ce Plan a transformé le désarmement en réarmement (Pour le Plan Cheney voir http://www.informationclearinghouse.info/article1544.htm)

Exprimé en ces termes, ce plan ne traduit-il pas un orgueil dangereux et une ambition démesurée ? Cela devrait être évident pour quiconque connaît un tant soit peu la nature humaine. Sous le Président Clinton (1992–2000), le Plan fut ralenti. Mais dès que Dick Cheney est revenu avec les Républicains au poste de Vice-président, l’idée tordue d’un nouveau Pearl Harbour est apparue : il fallait créer un événement monté de toutes pièces, capable de mobiliser le peuple afin qu’ils soutînt une politique que nul homme sain d’esprit n’approuverait. Et voilà l’événement du 11 septembre, l’un des plus grands mensonges de toute l’histoire, qui ne peut avoir été réalisé que par le gouvernement secret (le véritable “État Profond”), lové à l’intérieur du gouvernement officiel. A l’époque, cet événement a remarquablement réussi à faire avancer le Plan Cheney, car le 11 septembre a immédiatement rendu possible l’invasion militaire de l’Irak, et bien d’autres guerres d’agression qui ont eu lieu depuis. De même, il a permis au plan du gouvernement mondial de faire des pas de géant en avant.

Or, le mensonge porte clairement l’empreinte de Satan. Donc 9/11 prouve qu’il y a sans aucun doute dans le Plan Cheney visant à la domination militaire du monde par les États-Unis au nom de la “démocratie”, quelque chose de satanique. Pour avoir une vision claire de la politique insensée de l’Amérique qui se dirige tout droit vers la troisième guerre mondiale, lisez sur PaulCraigRoberts.org le témoignage très lucide d’un ancien haut fonctionnaire du gouvernement américain sous le président Reagan. Ce haut fonctionnaire était aux premières loges pour observer et admirer comment Reagan et Gorbatchev réussirent à travailler ensemble pour protéger la paix mondiale.

Donc sachons prier pour Trump et pour Poutine. Malgré leurs fautes respectives, tous deux sont sûrement des dons du ciel pour lesquels nous devons être reconnaissants envers Dieu.

Kyrie eleison.

“Holocaustianisme”

“Holocaustianisme” posted in Les Commentaires Eleison on février 2, 2019

Bien des catholiques semblent croire que ce qu’on appelle “l’Holocauste” n’a rien à voir avec la religion. Ils se trompent lourdement. Voici deux paragraphes (légèrement adaptés) du bel hommage rendu au Professeur Robert Faurisson, mort en octobre, par Jérôme Bourbon, courageux rédacteur en chef de l’excellent hebdomadaire parisien Rivarol :—

Par ses travaux et sa fameuse phrase de soixante mots le Professeur Robert Faurisson a non seulement menacé les fondements idéologiques de l’ordre mondial issu de la dernière guerre mondiale, mais il a contesté une véritable religion, ou plutôt une contre-religion : l’Holocaustianisme. C’est un culte qui ne souffre pas que l’on manque de déférence ou de soumission à son endroit. C’est un faux dieu qui exige que l’on brûle sans cesse l’encens devant lui, qu’on l’adore, qu’on rallume la flamme comme à Yad Vashem, qu’on offre des fleurs et qu’on élève des lamentations vers le Ciel comme lors des pèlerinages et processions à Auschwitz et ailleurs, en battant sa coulpe et en s’écriant « plus jamais ça ».

L’Holocaustianisme, enseigné dès l’école primaire et tout au long de notre existence par la télévision, le cinéma, les spectacles, singe en effet la religion catholique. Elle a ses martyrs (les Six Millions), ses saints (Elie Wiesel, Anne Frank ), ses miraculés (les survivants de l’Holocauste), ses stigmatisés (les déportés avec leur numéro tatoué sur le bras), ses pèlerinages à Auschwitz, ses temples et ses cathédrales (les musées de l’Holocauste et autres monuments commémoratifs), ses aumônes pour être absous de ses fautes (les réparations financières incessantes en faveur de l’État d’Israël et des survivants de l’Holocauste), ses reliques (les dents, les cheveux, les souliers des déportés), son hagiographie (les livres d’Elie Wiesel, d’Anne Frank), ses lieux de supplice (les chambres à gaz), son Évangile (le verdict du tribunal militaire de Nuremberg), ses grands prêtres et ses pontifes (Simon Wiesenthal), son Inquisition (les tribunaux civils dotés d’un arsenal répressif anti-révisionniste), sa législation contre le blasphème (interdisant formellement toute remise en cause de l’Holocauste), sa cité sainte ( la Jérusalem moderne), ses prédicateurs et ses gardiens (les enseignants et toutes les Associations, qu’il s’agisse de politique, de religion, de sport, d’économie, des média ou des syndicats), ses Congrégations religieuses (le Congrès juif mondial, le B’nai B’rith, l’AIPAC, etc., etc . . . . ), son enfer (pour tous les nationalistes, – sauf les Israéliens –, pour les révisionnistes, pour ceux qui ajoutent foi au déicide, et qui croient que le Nouveau Testament a remplacé l’Ancien), et pour finir, ses fidèles (la quasi-totalité de l’humanité).

Ce culte de l’Holocauste ne se contente pas de singer la religion chrétienne ; il en est une véritable contrefaçon : à l’amour, il oppose la haine ; à la vérité, le mensonge ; au pardon des offenses, la vengeance talmudique ; au lieu de respecter les personnes âgées, il traque les anciens gardiens des camps ; à l’esprit de pauvreté il oppose la récupération des dommages de guerre ; à l’humilité, la volonté de domination ; au sens du partage, l’esprit de lucre ; à la charité, le chantage ; au respect d’autrui, le lynchage ; au silence du recueillement, le tapage de la mise en accusation médiatique ; à la justice infinie de Dieu, la partialité d’un tribunal de vainqueurs jugeant les vaincus, etc, etc . . .

Voici donc un sonnet pour honorer ce que le professeur Faurisson a fait pour en finir avec ce fléau de l’humanité.

“La Vérité est puissante et elle l’emportera”, disaient-ils.
Une race répondit : “Certes non !” la Vérité c’est nous qui la faisons !
“Car de race supérieure, de tous les hommes nous sommes la tête,
Notre vérité, tous nos inférieurs doivent l’accepter !”
C’est ainsi qu’apparut toute une mythologie, et
De deux guerres mondiales, cette race a modifié l’histoire.
Aux faibles d’esprit, elle a imposé les chambres d’horreur,
Pour fabriquer un dieu que tout le monde doit adorer.
Mais un frêle Français a bravé ces mensonges racistes.
“D’une vraie telle chambre montrez-nous l’image – une seule !”
Mais il n’y eut ni photo ni image. Poussant des cris
De rage, la race maîtresse savait que la Vérité était sauve.
Professeur incroyant, c’est pour toutes les races
Que Dieu vous a choisi pour sauver la vérité.

Kyrie eleison.