Institut du Bon-Pasteur

L’Infection Conciliaire

L’Infection Conciliaire posted in Les Commentaires Eleison on juillet 28, 2012

Les catholiques qui veulent garder la foi, peuvent-ils assister à une messe de St Pie V célébrée par un prêtre qui fait partie de l’Église conciliaire, en appartenant par exemple à l’Institut du Christ Roi ou à la Fraternité St Pierre ? En règle générale, il faut répondre que non, il ne le peut pas, même si c’est une messe de St Pie V, même si elle est dignement célébrée. Mais qu’est-ce qui justifie une règle apparemment si sévère ?

La raison fondamentale, c’est que la foi catholique est plus importante que la messe. En effet, si pendant longtemps, sans faute de ma part, je ne peux assister à la messe mais je garde la foi, je peux encore sauver mon âme. Par contre, si je perds la foi mais continue pour quelque autre raison d’assister à la messe, je ne peux sauver mon âme (« Sans la foi il est impossible de plaire à Dieu » – Héb. XI, 6). Ainsi j’assiste à la messe pour vivre ma foi, et puisque la foi et le culte sont interdépendants, j’assiste à la vraie messe pour garder la vraie foi, mais je ne garde pas la foi pour assister à la messe.

D’où il s’ensuit que si telle célébration de la messe est entourée de circonstances qui risquent de corrompre ma foi, alors selon la gravité de la menace je dois ne pas assister à cette messe. Voilà pourquoi les messes célébrées par un prêtre schismatique Orthodoxe ont beau être valides, l’Église pré-conciliaire défendait aux catholiques d’y assister sous peine de péché grave, parce que, la foi et le culte dépendant l’un de l’autre, le culte non-catholique menaçait de corrompre la foi des catholiques. Or, l’Orthodoxie au cours des siècles a causé un préjudice énorme à l’Église, mais quelle dévastation de l’Église peut être comparable aux ravages que lui a infligés le conciliarisme ? Si donc l’Église encore saine défendait aux catholiques d’assister aux messes célébrées dans un contexte d’Orthodoxie, ne leur défendrait-elle pas d’assister aux messes de St Pie V célébrées dans des circonstances conciliaires ?

Alors qu’entend-on par circonstances conciliaires ? On pourrait répondre, toutes les circonstances qui à longue ou à brève échéance seront aptes à me faire penser que Vatican II ne fut pas un désastre absolu pour l’Église. Une telle circonstance serait par exemple un prêtre charmant et croyant qui célèbre indifféremment la nouvelle ou l’ancienne messe, et qui prêche et agit comme si le Concile ne présente aucun problème sérieux. Le conciliarisme présente de fait un danger extrême, parce qu’on peut le faire ressembler au catholicisme à tel point que je peux y perdre la foi sans – ou presque sans – m’en rendre compte.

Bien sûr, le bon sens prendra en compte une variété de circonstances spéciales. Par exemple, un bon prêtre, piégé pour le moment dans l’Église conciliaire, peut avoir besoin de mon assistance à ses premières célébrations de la vraie messe pour l’encourager à se mettre sur le bon chemin. Mais la règle générale doit rester intacte, c’est-à-dire que je ne puis assister à aucune messe de St Pie V célébrée dans un contexte conciliaire. Comme confirmation de cette règle, observez comment Rome dans son accord avec l’Institut du Bon Pasteur a commencé par lui permettre de célébrer exclusivement la vraie messe. Rome se rendait bien compte que dès que l’Institut aurait avalé l’hameçon de l’approbation officielle, elle finirait certainement par le tirer dans son filet conciliaire. En effet. Cinq ans ont suffi.

Voilà le danger de tout accord pratique sans accord doctrinal entre Rome et la Fraternité. Tant que Rome croit en sa doctrine conciliaire, elle va nécessairement profiter de tout accord pratique pour tirer la Fraternité vers le Concile, et le contexte de toute messe célébrée dans la Fraternité deviendrait conciliaire, à longue sinon à brève échéance. Un homme averti en vaut deux.

Kyrie eleison.

Assassins de la Foi

Assassins de la Foi posted in Les Commentaires Eleison on mai 12, 2012

Mais si Rome offre à la Fraternité Saint Pie X tout ce qu’elle veut, pourquoi donc la Fraternité devrait-elle encore refuser ? Apparemment il y a des catholiques qui croient encore que si un accord pratique répond à toutes les demandes pratiques de la Fraternité, il devrait être accepté. Et pourquoi pas ? Parce que ce ne fut pas en vue du bien de la Fraternité que Monseigneur Lefebvre l’a créée, mais pour la survie de la Foi catholique menacée par Vatican II comme jamais elle ne l’a été dans le passé. Mais voyons maintenant pourquoi les autorités de la Nouvelle Église s’efforceront autant d’obtenir un accord pratique que la Fraternité devra le refuser.

La raison en est que la Nouvelle Église est subjectiviste, et tout accord purement pratique implique que le subjectivisme soit la vérité. Selon la nouvelle religion conciliaire, les dogmes de la Foi ne sont pas des vérités objectives mais des symboles qui satisfont des nécessités subjectives ( Pascendi, 11–13, 21). Par exemple, si mon insécurité psychologique se trouve tranquillisée par la conviction que Dieu s’est fait homme, alors, pour moi, l’Incarnation est vraie, dans le seul sens possible du mot « vrai ». C’est ainsi que si les Traditionalistes sentent la nécessité de l’ancienne religion, alors c’est elle qui est vraie pour eux, et on peut même admirer à quel point ils s’accrochent à leur vérité. Mais, en toute justice, ils doivent à leur tour concéder à nous autres Romains de garder notre vérité Conciliaire, et s’ils en sont incapables, alors leur arrogance et intolérance se font insupportables, et nous ne pouvons permettre une telle dissension à l’intérieur de notre Église d’amour, amour, amour.

C’est pourquoi la Rome Néo-moderniste se contenterait de n’importe quel accord pratique par lequel la Fraternité renoncerait, ne fût-ce qu’implicitement, à sa revendication radicale selon laquelle « ses » vérités s’imposent à tous. Par contre, la Fraternité ne peut se contenter d’aucun accord dont l’acceptation parlerait plus fort que n’importe quel discours pour nier l’objectivité de « sa » religion de 20 siècles. Car il ne s’agit point de « sa » religion à elle. Donc de deux choses, l’une : ou bien pour arriver à un accord avec des subjectivistes, je dois nécessairement cesser d’insister sur l’objectivité. Ou bien pour insister sur l’objectivité, je ne puis accepter aucune proposition présentée par des subjectivistes, tant qu’ils ne renoncent pas à leur subjectivisme.

Or ces Romains ne font rien de tel. Et comme dernière preuve de leur insistance pour imposer cette nouvelle religion dont ils se font les croisés, ils viennent de produire leur récente « Note sur les conclusions de la visite canonique à l’Institut du Bon Pasteur » en France. Les lecteurs se rappelleront que cet Institut fut un de plusieurs fondés suite au Concile pour permettre au catholicisme Traditionnel de s’exercer sous l’autorité de Rome. Comme on le voit, pour s’assurer que la pauvre victime est bien prise dans le piège, cette Rome peut attendre quelques années avant de se jeter sur sa proie, mais inexorablement le piège se ferme . . .

La « Note » exige que Vatican II et le Catéchisme de 1992 de la Nouvelle Église soient inclus dans les études du séminaire de l’Institut. L’Institut doit insister sur l’« herméneutique du renouveau dans la continuité ». Il ne doit plus dire que la Messe de St Pie V est le rite « exclusif » de l’Institut. Il doit participer à la vie diocésaine officielle dans un « esprit de communion ». En d’autres mots, l’Institut Traditionnel doit cesser d’être tellement Traditionnel s’il veut appartenir à la Nouvelle Église.

Mais alors, l’Institut espérait-il autre chose ? Pour être fidèle à la Tradition, il faudrait qu’il se libère de nouveau de sa soumission à l’autorité de la Nouvelle Église. Est-ce possible ? Ils se sont mis d’eux-mêmes dans la gueule du monstre Conciliaire. A lui maintenant de les avaler.

Alors, au nom du Ciel, comment veut-on qu’il en aille autrement pour la Fraternité Saint Pie X ? La Fraternité pourra cette fois-ci rejeter la tentation de Rome, mais ne nous faisons aucune illusion : les subjectivistes reviendront encore, encore et encore, jusqu’à ce qu’ils réussissent à se débarrasser de cette vérité et de cette Foi objectives qui constituent un reproche permanent à leur délire criminel.

Kyrie eleison.