libéralisme

LA RÉSURRECTION DE LA RUSSIE

LA RÉSURRECTION DE LA RUSSIE posted in Les Commentaires Eleison on mars 30, 2024

Non ! Tout reste d’espoir n’est pas encore éteint ! 

Dieu lance à la Russie un appel très distinct.

Influent intellectuel de la Russie de Poutine, Alexandre Douguine montre dans un article récent, ici abrégé et adapté, comment la Russie doit maintenant déplacer le conflit sur le terrain des cœurs et des esprits, pour les éloigner des vallées de la mort communiste et surtout libérale. Cette évolution est par ailleurs inévitable car Notre Dame est en train de façonner le peuple russe — 

Quand le communisme s’est effondré en Russie à la fin des années 1980, le libéralisme a pris le relais en tant qu’idéologie dominante. Depuis 1991, presque toutes les grandes orientations en matière d’éducation, de sciences humaines et de culture ont été prises sur un fondement strictement libéral. Car des minorités libérales pro-occidentales, qu’on appelle les ‘réformateurs’, ont introduit le libéralisme en Russie comme marqueur de leur pouvoir. Cette élite libérale, composée d’oligarques, d’agents d’influence américains unis en réseau et de hauts fonctionnaires corrompus de la fin de l’ère soviétique, gouverne par des méthodes totalitaires : elle agit au nom du progrès et de la mondialisation et pense que le capitalisme est le sommet du développement humain (il faut ajouter aujourd’hui les ‘politiques de genre’ et l’écologie) ; seule la minorité libérale ‘éclairée’ ou ‘éveillée’ (woke) sait ce qui est ‘juste’ ; il revient aux minorités progressistes de gouverner et donc de domestiquer strictement le reste de la population. 

L’arrivée au pouvoir de Poutine au début des années 2000 a changé la donne par l’introduction du principe de souveraineté, qui veut que les diverses nations sont souveraines et indépendantes. Or, c’est ce que le ‘dogme’ libéral refuse complètement, le libéralisme appelant à la disparition des États-nations souverains et à leur intégration dans un gouvernement mondial et supranational. Avec l’arrivée de Poutine, le choc était par conséquent inévitable, et les minorités libérales les plus radicales se sont opposées à lui. 

Cependant, de nombreux libéraux ont décidé de s’adapter en se conformant extérieurement aux directives de Poutine, tout en continuant intérieurement à suivre leur voie libérale, comme si rien n’avait changé. Ainsi, Poutine a beau avoir signé le décret 809 sur les valeurs traditionnelles (directement opposées à l’idéologie libérale), ajouté des dispositions relatives à la famille normale dans la Constitution, mentionné Dieu comme fondement immuable de l’histoire russe, et interdit les mouvements LGBT en les qualifiant d’extrémistes, quoi qu’il en soit, la domination des libéraux reste inchangée en Russie. Cette domination est si profondément ancrée dans notre société qu’elle se reproduit sans cesse dans les nouvelles générations de dirigeants, de fonctionnaires, de savants et d’éducateurs, en dépit de l’orientation souverainiste de Poutine. 

Par conséquent, bien que Poutine soit tout à la fois le principal espoir de nous libérer de cette domination, le garant de la victoire dans l’opération militaire spéciale en Ukraine et le sauveur de la Russie authentique, la plupart de ses amis apparents ne se rangent pas sincèrement de son côté. La secte libérale est totalitaire et n’envisage pas de renoncer à ses positions. Elle est prête à se battre pour elles jusqu’au bout. Les libéraux ne craignent ni les forces patriotiques en politique, ni le peuple, ni Dieu (soit qu’ils n’y croient pas, soit qu’ils croient à leur dieu déchu). Seul Poutine les retient, et ils n’osent pas l’affronter directement. 

Concluons. La Russie doit se concentrer sur la victoire en Ukraine. Poutine le voit clairement et posément : sans victoire en Ukraine, plus de Russie. Mais vaincre l’Occident à l’extérieur de la Russie tout en préservant la suprématie totalitaire des libéraux à l’intérieur de la Russie est rigoureusement impossible. Tant que le libéralisme prévaudra dans les cœurs et les esprits, même la victoire en Ukraine sera plus apparente que réelle. La Russie ne peut pas s’ériger en civilisation si elle est imprégnée des formes les plus toxiques du libéralisme. C’est pourquoi il est temps d’ouvrir un autre front, dans le domaine de l’idéologie, de la vision du monde et de la conscience publique. La domination totalitaire des libéraux en Russie doit prendre fin, principalement dans les domaines de la connaissance, de la science, de l’éducation et de la culture. 

Kyrie eleison 

LIBÉRALISME PRATIQUE

LIBÉRALISME PRATIQUE posted in Les Commentaires Eleison on décembre 2, 2023

Un lecteur nous envoie des questions profondes sur l’histoire récente de l’Église, de la Fraternité Saint Pie X et du mouvement dit de ‘Résistance’. Un jour, lorsque notre Mère l’Église reprendra ses esprits — comme elle le fait déjà doucement — les ombres et les ténèbres se dissiperont, et l’histoire se manifestera pleinement dans la vérité et la charité. En attendant, voici des esquisses de réponses. 

1 Comment pouvez-vous être contre toute structure pour la ‘Résistance’ ? Y a-t-il quoi que ce soit de catholique qui puisse prospérer sans structure ? 

La force de la ‘Résistance’, c’est d’abord la Vérité, et ensuite le caractère très peu contraignant des liens entre les divers petits groupes qui résistent à la révolution de Vatican II. Cette révolution s’est rapidement imposée à une grande partie de l’Église catholique parce que les catholiques étaient trop obéissants à leurs autorités infidèles. De même, la plus grande partie de la FSSPX a été rapidement émoussée en 2012, parce que ses prêtres étaient trop respectueux de l’autorité de leurs chefs officiels qui voulaient revenir dans le giron de la Rome apostate. Ils n’ont plus servi la vraie Église ou la vraie Foi, comme le faisait Mgr Lefebvre, mais eux-mêmes. Au contraire, s’emparer d’une petite poche de Résistants n’amènera pas nécessairement à s’emparer même d’une deuxième poche. Ainsi, la Foi survivra jusqu’à ce que Dieu décide de restaurer en Son temps, dans la Foi, la structure catholique. 

2 Les dirigeants de la FSSPX trompés par les fonctionnaires romains apostats au milieu des années 1990 étaient-ils motivés par l’ambition personnelle ? 

Ce n’est pas impossible, mais leur problème était avant tout leur manque de foi dans les moyens divins pour résoudre la crise de l’Église, en plus de leur confiance excessive dans la politique purement humaine du Vatican. Contrairement à Mgr Lefebvre, ils ne saisissent pas la dimension divine et pré-apocalyptique de la crise mondiale ; ils la conçoivent donc en termes plus ou moins limités et mondains, ratant ainsi complètement le coche. Comparez avec Mgr Lefebvre, qui a toujours eu en vue la ruine complète de l’Église. Comparez également avec Mgr Viganò, qui s’interroge constamment sur la chute universelle de l’Église et du monde, provoquée par Vatican II. 

3 Le Chapitre général de 1994 a-t-il prouvé clairement ces déficiences des dirigeants de la FSSPX ? 

Prouvé, oui, mais prouvé clairement, pas dans l’immédiat. Les participants à ce Chapitre général donnaient l’impression de gentils enfants se livrant à des jeux, plutôt que de guerriers d’âge adulte menant une lutte gigantesque pour la gloire de Dieu et le salut des âmes dans un environnement extrêmement dangereux. Il faut être saint pour croire au mal, disait Gustavo Corçao. Les chers et pieux jeunes prêtres de ce Chapitre ne semblaient pas à la hauteur de la gravité du moment. 

4 Quand selon vous les deux camps des Suivistes et des Résistants de la FSSPX se sont-ils séparés l’un de l’autre ? 

Les éléments de division étaient déjà sûrement présents dans les années 1980. Je connais un prêtre qui, en 1982, après avoir professé pendant cinq ans à Ecône, a été envoyé outre-Atlantique pendant plus de 25 ans, très probablement pour être mis à l’écart. Les jeunes séminaristes devaient être préparés à obéir aux libéraux qui se voyaient déjà à la tête de la FSSPX, en remplacement d’un Mgr Lefebvre vieillissant. Ce dernier avait été merveilleux pour son temps, se disaient-ils, mais il était de plus en plus dépassé à cause de sa condamnation implacable des modernistes romains. Car ces modernistes étaient considérés comme la véritable Autorité de l’Église ; qui plus est, ils devenaient meilleurs chaque jour ! Attention, ces dirigeants libéraux de la FSSPX ne se considèrent pas comme des libéraux, bien au contraire. Ils se voient même infiltrer la Rome moderniste et la convertir à la Tradition catholique. Est-ce possible ? Ils n’ont aucune idée de la profondeur et de la gravité de la croisade menée par les libéraux pour détruire l’Église catholique. 

5 L’affrontement Suivistes-Résistants a-t-il toujours existé au sein de la Fraternité St Pie X ? 

Oui, certainement. Mgr Lefebvre avait lu l’abbé Barbier (1851–1925) sur l’histoire de l’affrontement du libéralisme avec le catholicisme aux 19ème et 20ème siècles. Il nous disait que cette lecture lui avait fait comprendre que la seule différence, dans ce même affrontement, entre avant et après Vatican II était qu’avant, c’étaient les catholiques qui commandaient, alors qu’après, c’étaient les libéraux. Tant que l’archevêque a été en vie, son magnétisme personnel a maintenu la FSSPX catholique, mais dès sa mort en 1991, le magnétisme constant de Rome pour les catholiques a commencé à reprendre son ascendant. Soyons patients. Dieu ne se laissera pas faire, ni par le Diable, ni par les anges ou les ecclésiastiques déchus. 

Kyrie eleison. 

Supprimons le réel, dit l’homme en plein délire. 

Et Dieu ? Patient, Il montre un triste et doux sourire.

Soljenitsyne Parle

Soljenitsyne Parle posted in Les Commentaires Eleison on avril 3, 2021

Voici, pour Pâques, fortement résumé, le discours d’Alexandre Soljenitsyne tenu lors de son acceptation du Prix de Templeton aux États Unis en 1983.

Lorsque j’étais enfant, les gens disaient que c’est l’oubli de Dieu qui avait conduit à la révolution russe de 1917. En 1983, maintenant que je suis un homme, je pense que cette même phrase résume toujours tout. Elle passe en revue tout le XXe siècle avec tous ses crimes, à commencer par la Première Guerre mondiale qui n’aurait jamais été possible si les coeurs des dirigeants européens n’avaient été vides de Dieu et pleins d’une hargne impie qui les a poussés par exemple à faire des gaz toxiques des armes de guerre. De même, pour la Seconde Guerre mondiale. Les Européens sont épuisés. Car la paix dépend de cœurs solides et non pas de la bombe nucléaire. Nous nous sommes trop habitués à des idées d’apocalypse. Dostoïevski a dit que les grands événements nous ont pris au dépourvu, et que le monde ne pourra être sauvé qu’après que les forces démoniaques s’en seront préalablement emparés.

En attendant, le monde entier voit triompher Satan. En 1917, la classe dirigeante russe avait perdu la Foi et la religion menaçait de s’éteindre dans la classe ouvrière. La Russie avait pourtant connu une époque où tout était imprégné du christianisme orthodoxe. La piété – et non le matérialisme – façonnait la pensée et la personnalité des gens  ; elle organisait leur vie. Mais, au XVIIe, un schisme, suivi des réformes de Pierre le Grand, affaiblirent la religion. Puis, le sécularisme du XIXe siècle vint empoisonner la classe dirigeante. De sorte qu’en 1917, la religion en Russie était paralysée.

Une révolution commence toujours par l’athéisme, a dit Dostoïevski. Mais aucun athéisme n’a été aussi agressif que celui du communisme. Dans les années 1920, il y eut quantité de martyrs chrétiens en Russie, à tous les échelons de l’Église et de l’État, et on enlevait les enfants des bras de leurs parents afin de les couper de toute religion. Certes, Staline favorisa un temps la religion, mais ce ne fut que pour raviver le patriotisme russe contre Hitler  ; Brejnev fit mine d’avoir des sentiments religieux, mais ce n’était que pour tromper l’Occident. Mais Khtroutchev a démontré à quel point la religion restait profondément haïe par le Communisme et par tous les successeurs fanatiques du diabolique Lénine. Toujours est-il que, parmi tous ces fous qui persécutaient le Christ, aucun ne s’est jamais douté de ce qui, en définitive, devait un jour arriver, car sous le rouleau compresseur communiste, la conscience russe tournée vers Dieu a maintenant ressurgi, vive et profonde. Les chars et les fusées n’ont pas vaincu et ne vaincront jamais le christianisme.

En Occident, la religion est plus menacée de l’intérieur que de l’extérieur. Au Moyen Âge, le sécularisme a surgi de l’intérieur, plus dangereux que nos chars ou nos fusées modernes. Aujourd’hui, son idéal ne s’élève guère plus haut que la vie courante, la liberté, et la poursuite d’un bonheur égocentré. Le bien et le mal sont des objets de moquerie. On oublie le cœur humain. Résultat  : le mal sévit partout. L’Occident dérive sans cesse et perd sa jeunesse. Les médias blasphèment les noms de Jésus et Marie. Dans ce cas, pour quelle raison devrais-je m’abstenir de faire de ma liberté ce que je veux ? Pourquoi ne devrais-je pas haïr la société où je vis, puisqu’elle-même m’apprend à le faire ? Les faiblesses du capitalisme ne correspondent-elles pas aux faiblesses de la nature humaine ? Par exemple, la recherche de l’argent ne découle-t-elle pas du péché capital de la cupidité ? Certes, le capitalisme se targue d’établir l’égalité. Mais n’est-ce pas une égalité d’esclaves, dépourvue de toute valeur spirituelle ? Le capitalisme se targue de me rendre plus libre ? Mais si je suis “libre”, cela ne signifie-t-il pas que je suis libre de haïr aveuglément ? Nous sommes loin du salut de l’âme qui ne passe jamais par l’argent ou l’abondance des biens matériels.

Sans amour, la vie et l’art sont en danger de mort. En Occident, cela arrive par la faute volontaire d’ hommes qui cherchent à prendre la place de Dieu. L’Orient et l’Occident ont oublié Dieu. Pourtant, la clé de toute notre existence n’est-elle pas dans le choix quotidien que chaque cœur humain doit faire entre le bien et le mal  ? Les théories modernes qui recentrent tout sur la société d’ici-bas ont fait faillite, mais nous n’avons toujours pas rejeté leurs mensonges. Si nous ne nous tournons pas vers Dieu, nous ne trouverons jamais de solution à nos problèmes. L’ennemi est en moi. C’est nous qui nous pendons.

La vie humaine n’est qu’une étape sur le chemin conduisant à Dieu. Cette vie dépasse les simples lois de la matière, c’est-à-dire les sciences physiques. En Dieu, nous vivons, nous nous mouvons  ; nous avons notre être : Il est « l’Amour qui meut le soleil et les autres étoiles” (Cf. Dante, ligne finale de toute sa “Divine Comédie”). Oubliez les XIXe et XXe siècles. Nous devons monter à Dieu. Le soi-disant Siècle des Lumières s’est avéré un échec total.

Kyrie eleison.

Madiran – La Trahison.

Madiran - La Trahison. posted in Les Commentaires Eleison on décembre 26, 2020

En mai 1968, les émeutes étudiantes parisiennes, aussi longues que dures, attirèrent l’attention des médias du monde entier. Par leur théorie subversive prônant la destruction pratique de tout ce qui constituait le mode de vie occidental, ces manifestations estudiantines peuvent se comparer avec les émeutes qui ravagèrent l’été dernier ( 2020) de nombreuses grandes villes aux États-Unis. Ces émeutes de Paris ont inspiré la sixième et dernière partie du livre de Jean Madiran , L’Hérésie du XXe siècle, car elles illustraient, comme dans un livre d’images, tout ce qu’avait voulu dire son livre, à savoir que la civilisation catholique se fait communiste, que c’est une grande trahison, et que ce sont les évêques qui sont les traîtres. D’où les trois chapitres de la sixième partie du livre : 1) Mai 68 est la dernière trahison des évêques, 2) Ils répudient les vrais catholiques, 3) Ils trahissent le vrai christianisme.

Dans le premier chapitre, Madiran raconte comment au printemps 1968, des étudiants révoltés menaçaient de détruire la civilisation occidentale, tout comme le firent les émeutiers de l’été dernier aux États-Unis. Les évêques français proclamèrent alors dans leur Déclaration officielle du 20 juin 1968 : ” C’est un mouvement de fond d’une ampleur considérable” qui “appelle à bâtir une société nouvelle” que “les évêques de France sont d’autant plus disposés à accueillir que le Concile, sensible à la mutation du monde, en avait pressenti l’exigence et fixé les conditions essentielles “. Dans cette même Déclaration ils déclarèrent peu ou prou  : ” La Révolution de 1968 divise le peuple pour et contre, mais nous, les évêques, nous sommes pour.” En fait, dit Madiran, puisque la fin justifie les moyens pour les révolutionnaires, ils ont fait un tel usage de la force, des mensonges et de la ruse afin d’obtenir ce qu’ils voulaient, que par ces excès ils ont provoqué un contre-mouvement plus “large” encore. Mais à ces évêques modernes, que leur importe la subversion radicale du droit naturel entier et de la civilisation chrétienne ? Parmi eux il n’y en a pas un qui prenne le communisme pour une trahison – N’est-il pas simplement un mouvement de réforme ? Ce n’est là qu’un piège mensonger, répond Madiran.

Dans le deuxième chapitre, Madiran raconte comment les évêques, en espérant s’attirer la faveur des révolutionnaires de gauche, ont dû leur apporter sur un plateau la tête des catholiques les plus fidèles de droite, autrement dit, des “intégristes”, ou adeptes du catholicisme intégral. (Pour la même raison dans les années 1970, le pape Paul VI s’est acharné à paralyser l’action de Mgr. Marcel Lefebvre, mais Dieu avait d’autres idées. Pourtant il a suffi du passage de quelques années pour que la Fraternité d’autrefois n’aspirât qu’à recevoir l’onction de la Rome moderniste . . . ) Dans les années 1960 les évêques français s’habituaient à se faufiler derrière un double langage : à gauche, ils disaient : “S’il vous plait  ! Ne nous prenez pas pour des conservateurs ou des intégristes  ! Nous sommes des révolutionnaires, comme vous !” Tandis qu’à droite, ils disaient : “Ah, de grâce  ! ne pensez pas que nous changions rien à rien !”. Et depuis ce temps, ces évêques essaient d’aller dans deux directions à la fois  : Bonne recette pour se paralyser ! Cependant, ils évitent toujours de confronter les “intégristes” avec de vrais arguments. C’est qu’ils ont abandonné la vérité.

Dans le dernier chapitre de son livre, Madiran achève la condamnation des pleutres évêques français. Aujourd’hui, le monde moderne n’est pas bon  ; il se noie dans les mensonges dans tous les domaines : l’Évolution, Six Millions, le 9 septembre 2011, la crise du Covid, et ce ne sont là que quelques-unes des mystifications les plus courantes. Mais où avait-on fait faux chemin ? Les étudiants n’en avaient pas la moindre idée, car on leur avait surtout bourré le crane des merveilles du monde moderne. Mais s’il en était ainsi, il y avait dans les étudiants un instinct qui les portait à tout mettre par terre. Or, l’Église véritable est d’accord. Elle non plus, elle ne croit pas à la modernité. Seulement elle, elle sait exactement ce qui ne tourne pas rond, et elle l’a dénoncé déjà en 1864 dans une liste de 80 points  : le Syllabus des Erreurs relevées par le pape Pie IX. Voilà exactement la doctrine que les évêques auraient dû enseigner aux étudiants. Car si ceux-ci l’avaient bien comprise, ils auraient pu depuis les années 1960 se mettre à reconstruire toute la “civilisation occidentale”. Au lieu de cela, les évêques du monde entier ont préféré, à Vatican II, rejoindre les communistes plutôt que de les combattre  ; les étudiants en ont été transformés en barbares, et toute la civilisation chrétienne a été trahie. C’est par un seul mot que Madiran termine son étude des évêques français : “Misérables !”

L’analyse de L’hérésie du XXe siècle est claire. Les leçons y abondent pour les nations, en particulier pour les Etats-Unis. Mais peut-être que seule une catastrophe de grande ampleur permettra à l’humanité d’en prendre de la graine. Pourtant, comme le disait l’évêque Butler au 18e siècle, “Les choses sont ce qu’elles sont, leurs conséquences seront ce qu’elles seront. Pourquoi chercherions-nous à nous leurrer ?

Kyrie eleison.

Avenir du Covid?

Avenir du Covid? posted in Les Commentaires Eleison on novembre 7, 2020

Partout de par le monde, de plus en plus de gens observent l’énorme effort de propagande covidienne fourni par les ignobles médias et leurs gouvernements. Ils notent la disproportion frappante entre cette surabondante publicité d’une part, et les rares décès réellement dus au Covid autour d’eux d’autre part. Si bien qu’ils en viennent à penser que, derrière Covid-19, se cache bien plus que ce qu’il y paraît. Il ne fait aucun doute qu’ils ont raison. Toutefois l’identité des criminels qui se cachent derrière le Covid, et ce qu’ils cherchent en réalité, est loin d’être clair. Les matérialistes libéraux se refusent à imaginer que quelqu’un puisse être mauvais à ce point, car ils ont besoin de croire que tout le monde ici-bas est brave par nature. Mais les catholiques croyants, grâce à leur Foi, ont une chance de voir les choses autrement.

Éclairés par leur Foi, ils comprennent que la vie humaine est un temps lors duquel Dieu laisse chaque être humain choisir entre la béatitude éternelle au Ciel, en servant et en aimant la divine Trinité, ou les tourments éternels de l’enfer qui se méritent en rejetant Dieu et en refusant sa Grâce. Les armées des anges, créées avant les hommes, ont eu à faire le même choix, et c’est peut être un tiers d’entre elles qui ont prévariqué et ont été précipitées en enfer. C’est pourquoi aujourd’hui tous les anges déchus envient avec amertume les êtres humains qui ont la possibilité d’atteindre le Ciel. Aussi, font-ils tout leur possible pour entraîner avec eux ces âmes en enfer. De là vient le mal sur la terre.

Mais comment Dieu, bon et tout-puissant comme il l’est, peut-il donner une telle liberté au mal ? La raison en est que Dieu ne veut aucun robot dans le Ciel. Avec Lui, Il ne veut que des anges et les âmes qui ont fait un choix entièrement libre entre Lui et le Diable  ; Il veut des âmes qui l’ont préféré Lui à tous les attraits possibles du monde, de la chair et du Diable. Mais quand le Diable réussit à aveugler les âmes par l’erreur ou à les attirer dans ses guets-apens, alors, souvent, Dieu fait souffrir ces âmes dès ce bref séjour ici-bas, afin qu’elles réfléchissent à nouveau, qu’elles reviennent à Lui et qu’elles se sauvent pour la vie éternelle. « O Dieu, » priait saint Augustin, « punissez-moi dans cette vie, pour que vous n’ayez pas besoin de me punir dans la vie prochaine ». Et Dieu utilise souvent des anges déchus et des hommes pervers pour servir de fléaux, nécessaires comme Il le sait au salut des âmes. De là provient une bonne partie de la souffrance des hommes sur terre.

C’est pourquoi le grand mensonge du Covid est encore susceptible de prospérer un certain temps, en raison du matérialisme athée qui, aujourd’hui, retient pratiquement prisonnière une énorme quantité d’âmes. Ce matérialisme athée est l’essence du communisme, et peut nécessiter de grandes souffrances afin que les âmes en soient ébranlées. Les hommes sont profondément abusés par une fausse notion de la liberté  : cette liberté de choisir entre le bien et le mal au lieu de choisir entre deux biens possibles – car le droit inaliénable de choisir le mal n’existe pas. Mais ce sont des libéraux convaincus et toujours en croisade, qui en tiennent pour la liberté de choisir le mal. Nous l’avons vu, lors des émeutes de cet été  ; ils en tiennent pour la liberté de détruire la police, tout l’ordre public, les villes, comme tous les faibles restes de la civilisation chrétienne  ; bref ils estiment avoir la liberté de faire la guerre à Dieu. Toutes les horreurs du communisme ont régné plus de 70 ans, avant que la “Sainte Russie” n’ait commencé à revenir à Dieu. Que faudra-t-il pour que tout un monde apostat soit prêt à supplier Notre-Dame d’obtenir la pleine Consécration de la Russie ?

Selon une source récente du Canada, il faut donc s’attendre, d’ici la fin de l’année 2020, à la mise en place de restrictions pour un second confinement. On assistera à une nouvelle “vague” de décès liés à la maladie de Covid et l’on procèdera à l’acquisition ou à la construction précipitée d’”installations d’isolement” dans tout le pays. Il faut s’attendre, d’ici la fin de l’année, à des mesures de confinement beaucoup plus sévères et, autour du Nouvel An, nous verrons l’introduction du programme d’un revenu de base universel, parallèlement à un nouveau virus (Covid-21) qui submergera les installations médicales. Au printemps, il est prévu d’imposer un troisième verrouillage, toujours plus strict, un programme de revenu de base, accompagné d’importantes perturbations économiques. Pour compenser un effondrement économique international, le gouvernement offrira un allègement de toutes les dettes. Comment cela  ? Il offrira aux citoyens l’annulation de toutes leurs dettes en échange de leur abandon définitif de toute propriété, de tout actif et de l’acceptation des vaccins Covid-19 et Covid-21. Et si certains citoyens refusent ?

« Ils seront réputés représenter un risque pour la sécurité de la société et seront relégués dans des installations prévues pour les isoler, avec leurs biens saisis. »

Nous voilà avertis. On ne se moque pas de Dieu (Galates VI, 7). Prions  !

Kyrie eleison.

Madiran; les Eveques

Madiran; les Eveques posted in Les Commentaires Eleison on octobre 31, 2020

Dans le Prologue de son livre L’hérésie du XXe siècle, Jean Madiran affirme sans détours que les évêques catholiques, en poste au moment du Concile Vatican II (1962–1965) et ceux qui leur ont succédé immédiatement après, sont les grands responsables du changement de religion dans l’Eglise. Il charge particulièrement les évêques qu’il connaît le mieux, à savoir les évêques français. Dans son premier chapitre, il montre, à la lumière de la grande encyclique de Saint Pie X  : Pascendi (1907), comment l’esprit de ces évêques était inapte à saisir la réalité et, en premier lieu, la doctrine catholique. Cela venait du subjectivisme ambiant, diffusé par la philosophie kantienne, régnant désormais en maître dans les Facultés de philosophie de pratiquement toutes les “universités”. Dans le chapitre II, Madiran consacre au cas des évêques français eux-mêmes, six sections assez librement reliées entre elles.

Il dit tout d’abord, que pour suivre ces évêques, il faudrait jeter aux orties un véritable trésor catholique, tel que Saint Pie X, le chant grégorien, le thomisme, le droit canonique, la Vierge Marie, le patriotisme, notre héritage gréco-latin, la piété mariale, voire, et ce n’est pas le moins important, la dévotion des petites vieilles femmes en prière. « Pour notre part, dit-il, nous refusons de mépriser l’un ou l’autre de ces traits familiers de la famille catholique. Derrière tous ces traits, il y a l’amour du Christ, tandis que derrière tous les discours parlant de “recyclage”, de “rénovations” et de “renouveau”, on trouve la haine ». Car, derrière toutes les réalisations de la “civilisation occidentale”, il y a le Christ, et non l’Inde, ni l’Afrique, ni la Chine.

En second lieu, la Nouvelle Église a proclamé son apostasie au monde entier : la politique des nouveaux évêques n’est plus de convertir qui que ce soit. Pourtant, les fondements de la vie et de la mort restent exactement les mêmes. Que l’Église nous enseigne comment vivre et mourir  ! Nous ne sommes tous que trop obsédés par le monde. Que les prêtres nous apprennent comment aller au ciel !

Troisièmement, ces évêques disent que “la mutation de civilisation” appelle “une conception plus évangélique du salut”, entraînant “une nouvelle formulation.” Mais celle-ci consiste pas seulement dans dans de nouveaux mots, comme ils le prétendent, mais aussi dans un nouveau contenu des mots, c’est-à-dire dans une nouvelle religion. Vos Excellences, notre réponse est “NON !” De plus, en tant que catholique baptisé, je suis en droit d’exiger de vous la vraie Foi, car votre “nouvelle formulation” à la recherche d’une nouvelle “conception du salut” n’est pas simplement maladroite, mais forcément hérétique, conduisant à une nouvelle religion en contradiction avec la vraie Foi.

Quatrièmement, jusqu’en 1966, ces évêques n’avaient pas encore déserté la Foi catholique, alors que maintenant, ils prétendent que leur doctrine exprime enfin le christianisme authentique. En fait, leur “mentalité postconciliaire” est en rupture avec la vraie Foi. La vérité est que nous sommes en plein milieu d’une guerre sévissant entre deux religions différentes. Et tous les évêques, activement ou passivement, soutiennent la nouvelle religion. Il devrait y avoir des évêques catholiques pour prendre la parole, car les âmes périssent ! Mgr Lefebvre, vous m’entendez  ? Nous n’avons nul besoin d’évêques qui nous exhortent à être modernes. Nous sommes tous déjà trop modernes. Depuis quand la technologie moderne et la philosophie moderne devraient-elles être la règle des évêques catholiques  ? Nous connaissons les modernes, et nous les méprisons. Vous ne les connaissez pas et vous les aimez. Marx, Nietzsche, Freud sont des bonimenteurs. Réveillez-vous !

Cinquièmement, la Nouvelle Église est en train de ruiner tout ce qu’il y a d’apprentissage, d’enseignement et d’éducation. En voulant ne donner aux jeunes que ce qui est moderne – ce qu’ils ont déjà – vous ne leur donnez rien, tout en leur faisant croire qu’ils savent tout. Ainsi abandonnés, ils deviendront les barbares de demain, de sorte que vous trahissez non seulement la Foi mais aussi toute la civilisation. Revenez à la Tradition ! Seigneur  ! Donnez-nous de vrais évêques catholiques !

Sixièmement, l’autorité des évêques n’a d’autre fondement que la vérité, la légitimité et le droit. Si ces évêques recyclés avaient raison, l’Église de la Tradition n’existerait plus. Or, la Vérité étant leur premier devoir, lorsqu’ils veulent changer la Foi, ils n’ont aucune autorité pour ce faire. Et s’ils le font, ils n’ont aucun crédit pour prétendre à être obéis. Mais nous ne les laisserons pas en paix. Nous attendons d’eux la certitude, la pureté et la sainteté de la Foi catholique immuable.

(Dans la section 4 ci-dessus, Monseigneur Lefebvre n’est pas mentionné nommément, mais il était présent à l’esprit de Madiran (c’est Madiran qui nous le dit). Deux ans plus tard, Monseigneur fondait la Fraternité St Pie X. La suite fait partie de l’histoire).

Kyrie eleison.