Somme Théologique

Initiative Marcellus

Initiative Marcellus posted in Les Commentaires Eleison on novembre 10, 2012

Après avoir reçu la semaine dernière des détails de la « Marcellus Initiative », établie pour faciliter les dons à la cause d’un évêque « expulsé », certains lecteurs ont demandé avec raison quels seraient les buts de l’« Initiative ». Pour commencer, il s’agira de couvrir les frais personnels pour le déménagement de Wimbledon, hors de Londres peut-être, et ensuite pour l’installation ailleurs. Pour ce qui dépasse ces frais, le mot « Initiative » a été choisi exprès pour laisser la porte ouverte à diverses options. Toutefois, il est important que personne ne pense que ces dons aillent servir à court terme pour créer une nouvelle Fraternité Saint Pie X ou un séminaire de remplacement. Dans les deux cas il y a de bonnes raisons pour ne pas s’y précipiter.

En ce qui concerne une alternative à la FSPX, nous devons tirer les leçons qui se dégagent de sa grave crise actuelle. L’Église catholique pour remplir sa mission se fonde sur l’autorité, depuis le Pape en haut jusqu’aux fidèles en bas, mais aujourd’hui notre monde Révolutionnaire a tellement détruit le sens naturel de l’autorité que peu d’hommes savent commander, et le grand nombre d’hommes obéissent trop peu – ou trop. Nous avons perdu, pour ainsi dire, ce bon sens paysan qui permettait à l’autorité catholique de fonctionner normalement. Et de même que seul Dieu put rétablir l’autorité de Moïse en châtiant de façon spectaculaire les rebelles qui s’insurgeaient contre elle (cf. Nombres XVI), ainsi nous semble-t-il sûr que Dieu seul pourra restaurer l’autorité du Pape. Cela se fera-t-il par une « pluie de feu », selon l’avertissement de Notre Dame d’Akita au Japon en 1973 ? Quoiqu’il en soit d’un châtiment éventuel, la possibilité immédiate et pratique reste celle des oasis de la Foi, que j’entends faire mon possible pour secourir.

Pour la réouverture d’un séminaire catholique classique, des arguments semblables s’appliquent. On ne construit pas une maison sur du sable dit Notre Seigneur (Mt.VII,26). Il me semble à moi qu’il devient de plus en plus difficile de transformer des jeunes hommes d’aujourd’hui en prêtres catholiques. Les qualités surnaturelles de foi, bonne volonté et piété vont loin, mais la Grâce construit sur la nature, et les fondements naturels, tels un foyer solide et une éducation vraiment humaine, se font de plus en plus rares. Bien sûr, il reste encore de bonnes familles où les parents ont compris ce que la Religion exige d’eux pour mettre leurs enfants sur le chemin du Ciel, et il y en a qui font des efforts héroïques dans ce sens. Mais notre monde pervers s’évertue à détruire tout bon sens et décence naturelle, qu’il s’agisse du genre, de la famille, ou de la patrie. Même avec les meilleures intentions, les enfants du milieu social actuel restent en général plus ou moins sévèrement handicapés quand il s’agit d’entendre ou de suivre un appel de Dieu.

Cela signifie-t-il que Dieu a abandonné son Église, ou qu’Il entend nous laisser sans prêtres pour demain ? Bien sûr que non. Mais cela signifie qu’aucune organisation catholique que l’on constituera demain pour sauver les âmes ne pourra se permettre de perdre de vue à quel point l’Église Conciliaire et le monde moderne sont funestes pour le salut des âmes. Cela signifie de même que les prêtres ne pourront plus être formés demain pour connaître par cœur la Somme Théologique de Saint Thomas d’Aquin, si on ne les forme pas pour comprendre à fond le contexte réel d’aujourd’hui dans lequel il va falloir appliquer cette Somme.

Voilà pourquoi, coûte que coûte, les Congrégations et séminaires de demain devront absolument être ancrés dans le réel, et ne pas se perdre dans des rêves d’une fausse « normalité ». Cela sera-t-il possible ? Avec l’aide de Dieu, oui. Mais Dieu est Dieu, et pour le salut des âmes de demain, il se peut qu’Il n’ait plus recours aux Congrégations ou séminaires classiques d’hier. Pour ma part, je m’efforcerai de suivre Sa Providence en ce qui concerne l’ordination des prêtres ou bien – la consécration d’évêques. Que la volonté de Dieu soit faite.

Kyrie eleison.

Essayez Plus Fort

Essayez Plus Fort posted in Les Commentaires Eleison on novembre 13, 2010

Un ami incroyant que je connais depuis 50 ans m’a dit récemment, « Que je vous envie votre certitude ! » J’ai supposé qu’il voulait dire qu’il aimerait avoir la foi des catholiques, mais qu’il s’en sent incapable. J’ai eu envie de lui dire, « Essayez plus fort ! », mais par prudence je me suis tu.

Or l’acte de croire est bien un acte de l’intelligence et non pas de la volonté, mais si l’intelligence humaine doit croire en les vérités surnaturelles de la Foi qui sont au-dessus de sa capacité naturelle, cette intelligence aura besoin d’être poussée par la volonté. Donc croire surnaturellement n’est pas en soi un acte de la volonté, mais il est impossible sans un acte de la volonté. Comme le dit St Augustin, « Personne ne croit contre sa volonté ». Voilà pourquoi il n’est pas aussi déraisonnable qu’il peut le paraître de conseiller à quelqu’un dont l’ intelligence ne croit pas, d’ « essayer plus fort ». Car si les croyances sont objectivement vraies vers lesquelles la volonté pousse, ce conseil ne fera pas que l’on prend ses désirs pour la réalité.

Mais tout d’abord, si vraiment quelqu’un a envie d’atteindre cette certitude dont les catholiques font preuve, il doit appliquer son intelligence à l’étude pour découvrir combien sont raisonnables les croyances catholiques. Tout en étant au-dessus de la raison humaine, elles ne lui sont nullement contraires. En effet, comment pourraient-elles l’être ? Comment Dieu pourrait-il être le créateur de la raison humaine, et en même temps lui imposer des croyances qui la bafouent ? Il se contredirait lui-même. Dans sa Summa Theologiae St Thomas d’Aquin n’a cessé de montrer comment la foi et la raison, tout en étant bien distinctes, sont en harmonie parfaite entre elles.

Alors ce qui est à la portée de la raison humaine, et ce que doit faire mon ami, c’est de construire une rampe qui l’approcherait de la Foi, en étudiant, par exemple, les arguments éminemment raisonnables qui prouvent l’existence de Dieu, la divinité de l’homme Jésus Christ et son institution divine de l’Église catholique romaine. Ces arguments sont tout à fait accessibles à la raison naturelle, pourvu que la volonté ne pousse pas dans le sens contraire, car l’intelligence mal appliquée ne reconnaîtra jamais la vérité devant elle. La volonté doit vouloir la réalité, sinon l’intelligence ne trouvera jamais la vérité. Les hommes connaissent la vérité lorsque leur intelligence est conforme à la réalité.

Or, quand un homme aura fait tout ce qui est dans le pouvoir de son esprit droit et de sa bonne volonté pour saisir combien la Foi est raisonnable, il n’aura toujours pas encore la foi surnaturelle, qui reste un don de Dieu. Mais Dieu comment peut-il exiger de nous de croire – sous peine de la damnation éternelle (Mc.XVI, 16) – et en même temps refuser le don de la foi à une âme qui a fait tout ce qui est dans le pouvoir de sa nature – Dieu ne s’y laisse pas tromper – pour se préparer à recevoir le don ? Surtout si cette âme procède – comme il est raisonnable de le faire – à demander à Dieu le don humblement dans la prière ? Dieu résiste aux orgueilleux, mais il donne ses dons aux humbles (Jacques IV, 6), et il se laisse trouver par ceux qui le cherchent avec un cœur droit (Deut. IV, 29 ; Jer.XXIX, 13 ; Lam.III, 25, et beaucoup d’autres citations dans l’Ancien Testament).

Cher ami, lisez et demandez. Pour avoir cette certitude dont vous avez envie, très probablement il suffira que vous essayiez.

Kyrie Eleison.

Encadrement Moral

Encadrement Moral posted in Les Commentaires Eleison on avril 24, 2010

De par leur brièveté compréhensive et leur promulgation divine, les dix Commandements de Dieu (Deut. V, 6–21) présentent de façon insigne le droit naturel connu de tout homme par sa conscience naturelle, et qu’il ne peut ni nier ni braver qu’à son propre péril. Selon le « Commentaire Eleison » de la semaine passée, ce droit naturel rend facile le diagnostic des maux de l’art moderne. De fait, il rend facile le diagnostic d’un tas de problèmes modernes, mais voyons cette fois-ci sa structure, telle que la présentent les dix Commandements, analysés par St. Thomas d’Aquin dans sa Somme Théologique, 1a 2ae, 100, art.6 et 7.

Le droit est l’ordonnance d’une communauté par son chef. Le droit naturel est l’ordonnance par Dieu de la communauté des hommes avec lui-même, de lui-même avec les hommes. De cette communauté Dieu est le centre et la fin suprême, et alors la première « table de la Loi » présente les devoirs de l’homme envers Dieu (C.1, pas d’idoles, C.2 pas de blasphèmes, C.3 observer le Sabbat), tandis que la deuxième table (C.4–10) énumère les devoirs de l’homme envers son semblable.

Les trois premiers Commandements représentent en ordre descendant d’importance les devoirs de loyauté, de respect et de service envers Dieu. En effet, dit St. Thomas, tout comme pour un soldat dans une armée, le manque de loyauté envers son général, ou la trahison, est plus grave que le manque de respect, qui est pire que de manquer à son service, de même l’homme en face de Dieu doit tout d’abord n’avoir aucun autre dieu (C.1), ensuite n’injurier ni lui ni son nom en aucune façon (C.2), enfin lui rendre le service qu’il demande (C.3).

Quant aux devoirs de l’homme envers son semblable (C.4–10), ce qui prime absolument ce sont les rapports de l’homme avec le père et mère qui lui ont donné la vie. D’où en tête de la deuxième table de la Loi se place le devoir d’honorer ses parents (C.4). Cet honneur est d’une telle importance à l’existence de la société que sans lui toute société se désagrège, comme nous le voyons se passer aujourd’hui avec ce qu’on appelle la « civilisation occidentale » mais qu’on ferait mieux d’appeler la « désintégration occidentale ».

Quant aux six derniers Commandements, St. Thomas continue de les analyser selon un ordre descendant d’importance. Léser le voisin par ses actions est pire que simplement par la parole, ce qui est plus grave que de le léser seulement en pensée. Quant aux actions qui le lèsent, le mal que l’on fait à sa personne (C.5, pas de meurtre) est pire que celui fait à sa famille (C.6, pas d’adultère), qui est à son tour plus grave que le mal fait à sa propriété seulement (C.7, pas de vol). Léser le voisin par la parole (C.8, pas de mensonge) est pire que le léser en pensée seulement, et là encore en vouloir à son mariage ou à sa famille (C.9, pas de concupiscence de la chair) est plus grave qu’en vouloir seulement à sa propriété (C.10, pas de concupiscence des yeux).

Mais rompre tous les dix Commandements implique l’orgueil – appelé par les anciens Grecs « l’hubris » – qui fait que je m’élève contre l’ordre de Dieu, contre Dieu lui-même. Pour les Grecs, l’hubris était la clef de la ruine de l’homme. Pour nous autres aujourd’hui, cet orgueil qui se répand partout est la clef des problèmes affreux du monde moderne, problèmes insolubles sans Dieu, ce qui depuis l’Incarnation veut dire, sans Notre Seigneur Jésus Christ. Coeur Sacré de Jésus, sauvez-nous !

Kyrie eleison.