2012

Explosion Prochaine

Explosion Prochaine posted in Les Commentaires Eleison on janvier 7, 2012

Si certains lecteurs ont trouvé le « Commentaire Eleison » de la semaine dernière un peu sombre pour le début de l’année, je m’en excuse vraiment, et je promets que celui de cette semaine se terminera sur une citation plus encourageante. Mais en vérité beaucoup de gens, ainsi qu’on me le dit, ignorent encore à quel point nous sommes menacés par un désastre économique qui plane sur le monde entier. Pire, ils ne saisissent pas la gravité pré-apocalyptique de la crise dans l’Eglise. Occupons-nous un moment de ce dernier point.

L’optique même de certains prêtres dans la Fraternité de St. Pie X c’est que la FSSPX est une Congrégation religieuse normale tandis que la Rome d’aujourd’hui n’est pas excessivement anormale. Il est vrai que Mgr. Lefebvre avait des mots très durs au sujet de Vatican II et des « anti christs » à l’intérieur du Vatican, mais au cours des 20 années qui nous séparent de sa mort, les choses ont changé en mieux. Maintenant nous avons un Pape, pensent-ils, qui est de cœur un Traditionaliste, ainsi que l’a prouvé sa libération de la Messe Tridentine et sa « rémission » des « excommunications » de 1988 des quatre évêques de la FSSPX. De sorte qu’il suffirait sûrement d’un tout petit peu de flexibilité de chaque côté pour que Rome et la FSSPX arrivent à une certaine entente qui permettrait à Rome de rendre à la FSSPX cette respectabilité dont elle n’aurait jamais dû être privée, et à la FSSPX de faire son entrée dans Rome en procession de triomphe. Réunis, les deux partiraient ensemble à la reconquête du monde entier pour le Christ. Les Discussions Doctrinales de 2009–2011 ont pu mettre en lumière une divergence doctrinale radicale, mais cela ne fait que prouver qu’il faut que l’entente soit purement pratique ( !).

Hélas, les prêtres qui se laissent bercer par un tel rêve ou bien n’ont jamais lu Pascendi, ou bien n’ont pas compris ce qu’ils ont lu. Dans sa grande Encyclique de 1907 St. Pie X avertissait l’Eglise que le Modernisme représente une menace majeure pour son existence même, parce que le Modernisme est ce qui coupe l’âme une fois pour toutes de la réalité, naturelle comme surnaturelle. C’est l’ultime fermeture de l’esprit sur lui-même dans son monde de rêves sans Dieu. L’erreur ne peut aller plus loin. Voici un exemple de cette auto-fermeture de l’esprit :

Vers la fin de la section sur le théologien Moderniste, Pascendi explique comment le Moderniste se fait fort d’être condamné par l’autorité de l’Eglise. Tout comme un tuyau de jardin ne doit pas être séparé du robinet qui lui permet d’arroser, ainsi l’Eglise ne doit pas être coupée de sa source dans la Tradition. L’Eglise a besoin alors de progresser par une interaction entre le Modernisme et la Tradition. Par conséquent les Modernistes ont besoin que l’autorité soit Traditionnelle, et qu’Elle fasse valoir la Tradition en les condamnant en tant que Modernistes. De cette façon, que le Pape les condamne ou ne les condamne pas, de toutes façons ils iront de l’avant, car même en les condamnant il contribue au progrès de l’Eglise ! Face le Pape perd, pile c’est eux qui gagnent. Voici l’erreur refermée sur elle-même. Dieu y perd à tous les coups.

Eh bien, le Seigneur Dieu des Armées garde en réserve une surprise pour ceux qui pensent ainsi. Pour sauver les âmes Il a lessivé le système totalement corrompu des hommes au temps de Noé, et pour sauver de nouveau les âmes Il peut cette fois-ci le dynamiter. La purification, cette fois-ci sèche, commence peut-être en 2012. Et la citation plutôt consolante ?—

« Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance est proche » (Lc.XXI, 28). L’heure la plus sombre, dit-on, est juste avant l’aube.

Kyrie eleison.

Nouvelle Année

Nouvelle Année posted in Les Commentaires Eleison on décembre 31, 2011

Et ainsi encore une année se termine sans que le ciel nous soit tombé sur la tête (ainsi que le redoutaient nos ancêtres les Gaulois). Depuis des dizaines d’années je dis qu’il est sur le point de tomber, par exemple à un petit groupe de personnes en France il y a quelques cinq ou sept ans. Parmi eux il y avait un prêtre de la Fraternité St Pie X qui avait été séminariste à Ecône lorsque j’y étais professeur à la fin des années `70 et au début des années `80. « Excellence, » dit-il, « ne disiez-vous pas cela il y a 25 ans ? » Mais il le dit avec un petit sourire. Peut-être pensait-il qu’un jour je pourrais avoir raison.

Alors, est-ce que 2012 sera l’année qui voit tomber le ciel ? Nombreux sont les commentateurs séculiers qui pensent que ce pourrait bien être l’année ou l’économie mondiale implose. Certainement la dette ne peut s’empiler indéfiniment comme elle s’empile depuis des dizaines d’années. Par exemple, les aides sociales sont un fardeau insupportable qui pèse sur le budget de nombreuses démocraties occidentales, mais presque par définition un politicien démocratique est incapable de prendre les décisions drastiques nécessaires pour restaurer l’équilibre fiscal, parce que s’il veut être réélu il ne peut y toucher. On a bien dit qu’une démocratie ne peut plus durer à partir du moment où le peuple se rend compte qu’il a accès à l’argent de l’Etat.

Alors, 2012 est-elle l’année ou les démocraties occidentales finiront par tomber ? Peut-être. En effet beaucoup de gens aujourd’hui ont la sensation qu’un quelconque désastre se prépare, et sûrement cela ne mettra pas 30 ans encore pour arriver, se dit-on. Pourtant cela fait déjà beaucoup d’années qu’on se le dit. Peut-être le libéralisme a-t-il enivré les gens à tel point que même le chaos qui va toujours augmentant les laisse indifférents. Néanmoins tandis que les roues du moulin de Dieu moulent lentement, dit le proverbe, elles moulent très finement. En d’autres mots toutes les factures de Dieu devront être payées, et le jour du règlement viendra, et ce sera sur des comptes bien plus sérieux que ceux des aides sociales.

Sera-ce pour cette année, l’année prochaine, un jour, jamais ? Certainement pas jamais. Il arrivera à l’heure de Dieu. L’année importe relativement peu. Comme le dit Hamlet (Act V,2), « Il y a une providence dans la chute d’un moineau. Si c’est maintenant, ce n’est pas pour demain ; si ce n’est pas pour demain, ce sera maintenant ; si ce n’est pas pour maintenant, de toute façon cela arrivera : le tout est de se tenir prêt. » Il y a une Providence. Il y a un Dieu, et le moment choisi par Lui est le meilleur pour le salut des âmes. « Le moment de Dieu est le meilleur de tous », dit le proverbe allemand.

Remarquez, Dieu ne demande pas à la plupart d’entre nous d’essayer de faire quelque chose pour entraver la course présente de l’Eglise et du monde vers leur destruction. Je parie que même bon nombre de leaders publiques du monde se sentent en privé incapables de faire quoi que ce soit, et je me demande si jusqu’aux contrôleurs secrets du monde, poussés par l’Enfer à se faire les maîtres du monde, se sentent toujours sûrs d’être maîtres du jeu. « Dès maintenant, il n’y a que Moi qui puisse vous aider, » a dit la Mère de Dieu.

Ce que Dieu nous demande c’est de vivre en sa grâce et de lui faire confiance. Quand arrivera l’effondrement, que ce soit en 2012 ou à un autre moment, du point de vue humain ce sera sans aucun doute plutôt douloureux, mais du point de vue de Dieu ses châtiments sont des actes de miséricorde. St. Paul cite les Proverbes (III, 11–12) : « Mon fils, ne rejette pas la correction du Seigneur, et ne défaille point quand tu es châtié par Lui. Car celui que le Seigneur aime, Il le châtie. » Et St. Paul enclenche (Héb.XII, 7–8) : « Supportez donc la correction. Dieu vous traite comme des fils. Car quel est le fils que le père ne corrige pas ? Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non de vrais fils. »

Le tout est de se tenir prêt, comme les vierges sages de la parabole (Mt. XXV, 1–13).

Joyeux Nouvel An.

Kyrie eleison.