St Paul

D’abord, la Vérité

D’abord, la Vérité posted in Les Commentaires Eleison on mars 1, 2014

De nombreuses objections doivent exister à l’argument présenté dans les récents numéros de ce « Commentaire », selon lequel la Vérité Divine est antérieure à ses hérauts humains, et alors la faillibilité des Papes n’a pas besoin de nous préoccuper outre mesure, car la vraie Foi est derrière eux, au-delà et au-dessus d’eux. Mais voici l’objection classique : La Vérité en elle-même peut être au-dessus d’eux, mais pour nous êtres humains elle vient seulement à travers eux – « la Foi vient, en effet, de ce que l’on entend » (Rom. X, 17). C’est ainsi que Notre Seigneur a confié à Pierre (c’est-à-dire aux Papes) la charge de confirmer dans la Foi ses frères (Luc. XXII, 31–32). Et donc pour nous autres Catholiques les hérauts sont antérieurs à la Vérité puisque nous ne la recevons que par eux. Plus encore, l’Esprit Saint les guide (Jn. XVI, 13), et alors comment, pauvre moi, puis-je déterminer si ou quand l’Esprit Saint ne le fait plus ?

Dans l’Ecriture aussi se trouve la réponse. Saint Paul écrit à un troupeau que lui-même a instruit dans la Foi : « Mais, même si nous-même, ou un Ange du ciel vous prêchions un Evangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème ». Et cette affirmation est si importante que Sain Paul la répète immédiatement : « Je l’ai déjà dit, et maintenant je le dis de nouveau : Si quelqu’un vous prêche un Evangile différent de celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème » (Gal. I, 8–9).

Mais un Galate aurait pu objecter : « Pourquoi devons-nous croire en l’Évangile de ta première visite en Galatie et pas en un Evangile éventuellement différent lors d’une seconde visite ? Saint Paul donne tout de suite une première raison : « Parce que je vous fais savoir, frères, que l’Evangile prêché par moi n’est pas de l’homme. Car je ne l’ai reçu ni appris d’aucun homme, mais par révélation de Jésus- Christ » (Gal. I, 11–12). Et Saint Paul confirme ceci en racontant le peu de contact qu’il a eu avant le début de sa prédication avec ceux qui auraient pu le lui enseigner – les autres Apôtres – (Gal. I, 15–19). Ce fait était facilement vérifiable par les Galates, et St Paul va jusqu’à jurer aux Galates qu’il ne ment pas (Gal. I, 20). La deuxième raison, il la donne peu après : les miracles et les œuvres de l’Esprit Saint (Gal. III, 2–5) dont les Galates eux-mêmes avaient été témoins comme résultat direct de la prédication de Paul lors de sa première visite.

Ainsi, Paul prouve que Dieu non seulement lui a appris, mais aussi a confirmé aux Galates, l’Évangile de cette première visite, en sorte que s’ils désiraient sauver leur âme, ils seraient non seulement capables mais encore obligés de discerner par eux-mêmes la contradiction entre cet Évangile et n’importe quel autre. Et n’importe (Gal. I, 8) si le prédicateur de l’Evangile différent était un ange ou Paul lui-même – ou un Pape ! – les Galates auraient même dans ce cas le devoir d’en rester au premier Evangile de Paul. La Vérité avait été présentée devant leurs yeux (Gal. III, 1), et les Galates l’avaient reconnue et acceptée (Gal. III, 3), tout comme on reconnaît que 2 + 2 = 4. Ainsi elle avait priorité sur n’importe quel prédicateur qui la contredirait par la suite, quelle que fût l’autorité pour enseigner que celui-ci pût sembler avoir (Gal. I, 9).

Ainsi Monseigneur Lefebvre disait-il que pendant les 19 siècles entre Saint Paul et Vatican II, l’Eglise avait prêché exactement le même Évangile, provenant de Dieu et constamment confirmé par Dieu. En tant que révélé par Dieu, cet Évangile est la Révélation ; en tant que transmis par les hommes d’Église, il est la Tradition ; en tant qu’enseigné avec autorité par l’Église, il est son Magistère Ordinaire et Extraordinaire. Entre cet Evangile et Vatican II la contradiction est évidente, donc nous devons accepter et croire en la Tradition si nous désirons sauver nos âmes, quelles que soient les apparentes autorités de l’Eglise qui disent le contraire. Que Dieu nous y aide. Mais comment alors la propre Fraternité de Monseigneur Lefebvre, la Fraternité Saint Pie X, peut-elle chercher officiellement à se soumettre aux autorités de Vatican II comme elle le fait actuellement ?

Kyrie eleison.

Déclaration Réversible

Déclaration Réversible posted in Les Commentaires Eleison on septembre 22, 2012

Peut-être pas tout dans le Chapitre Général de la Fraternité Saint Pie X de Juillet en Suisse n’a été désastreux, mais de ses deux documents officiels, les « Six Conditions » sont « d’une faiblesse alarmante » (cf.EC 268, 1 er Septembre), tandis que la « Déclaration » finale laisse beaucoup à désirer. Voici un résumé très bref de ses dix paragraphes :—

1 Nous remercions Dieu des 42 ans d’existence de notre Fraternité. 2 Nous avons redécouvert notre unité après la crise récente (vraiment ?), 3 pour professer notre foi 4 en l’Eglise, dans le Pape, dans le Christ Roi. 5 Nous adhérons au Magistère constant de l’Eglise, 6 comme à sa Tradition constante. 7 En nous unissant à tous les catholiques qui souffrent la persécution, 8 nous prions pour que nous viennent en aide la Très Sainte Vierge Marie, 9 Saint Michel, 10 et Saint Pie X.

Voilà une Déclaration qui ne manque pas de piété, dont Saint Paul dit qu’elle est utile à tout (I Tim.IV, 8). Néanmoins, auprès de ses deux disciples, Timothée et Tite, il insiste constamment sur la nécessité de la doctrine qui est quand même le fondement de la véritable piété. Hélas, en ce qui concerne la doctrine la Déclaration n’est pas si forte. Au lieu de fustiger les erreurs doctrinales du Concile qui ont dévasté l’Église au cours des 50 dernières années, la Déclaration ne contient dans ses paragraphes les plus doctrinaux, 5 et 6, qu’une faible condamnation de ces erreurs. Par contre elle met en relief la constance du Magistère et de la Tradition de l’Église, ce qui est tout à fait juste, mais cela constitue un argument trop facile à renverser de la part d’un Conciliaire. Voyons de quelle façon :

Le paragraphe 5 qualifie les nouveautés du Concile Vatican II comme « étant entachées d’erreurs », alors que le Magistère constant de l’Eglise est « ininterrompu » : « Par son acte d’enseignement, le Magistère transmet le dépôt révélé en parfaite harmonie avec tout ce que l’Eglise entière a toujours cru, en tout lieu ». Ce qui implique, bien sûr, que Rome devrait faire passer Vatican II à la blanchisserie, pour enlever les taches. Mais voyons ce qu’un Romain pourrait répliquer :—« La façon dont le Chapitre exprime la continuité du Magistère est en tout point admirable ! Mais ce Magistère, c’est nous autres Romains, et nous, nous déclarons que le Vatican II est en continuité avec le passé, sans taches ! ».

Il en est de même pour le paragraphe 6. La Déclaration dit : « La Tradition constante de l’Eglise transmet et transmettra jusqu’à la fin des temps l’ensemble des enseignements nécessaires au maintien de la Foi et au salut », et alors il faut viser à un retour des autorités de l’Église à la Tradition. Riposte d’un Romain : « La façon dont le Chapitre décrit la manière dont la Tradition maintient la Foi est tout à fait admirable ! Mais c’est nous, les Romains, qui sommes les gardiens de cette Tradition et nous, nous disons qu’en vertu de l’herméneutique de la continuité Vatican II n’interrompt pas la Tradition, mais la continue. Ce qui fait que le Chapitre se trompe complètement en prétendant que nous devons y revenir ».

Quel contraste entre la vulnérabilité de cette Déclaration et la force de l’attaque irréversible lancée par Mgr. Lefebvre contre les erreurs du Vatican II dans sa Déclaration célèbre de novembre, 1974. Il y déclare que la Rome Conciliaire n’est pas la Rome catholique parce que la réforme Conciliaire est « naturaliste, Teilhardienne, libérale et Protestante . . . toute entière empoisonnée . . . provenant de l’hérésie et conduisant à l’hérésie », etc., etc. Sa conclusion est un refus catégorique d’avoir quoi que ce soit à faire avec la nouvelle Rome, puisqu’elle n’est en rien la Rome véritable.

Lisez sur Internet les deux Déclarations et voyez laquelle des deux est, sans risque d’erreur, la trompette qui appelle à la bataille nécessaire (I Cor.XIV,8) ! On est amené à se demander combien des capitulants de 2012 ont jamais étudié les paroles et les raisonnements du grand Archévêque.

Kyrie eleison.

Qui Est Infecté ?

Qui Est Infecté ? posted in Les Commentaires Eleison on août 25, 2012

L’un de mes proverbes préférés vient de Chine : « L’homme sage s’accuse lui-même, le sot accuse les autres ». Non pas que les autres ne soient jamais en faute, bien sûr, mais en général, je ne peux faire que peu ou rien pour modifier leur conduite, tandis que je suis, du moins en théorie, maître de la mienne. Comme le dit « L’Imitation de Jésus-Christ » : nous pensons rarement avec profit aux péchés d’autrui, mais toujours avec profit à nos propres péchés.

Cette antique sagesse me vient à l’esprit à l’occasion de la lettre d’une lectrice du « Commentaire Eleison » (#263) dans laquelle elle se lamente de « l’infection Conciliaire » qu’elle pense observer dans les Messes de la Fraternité SPX aux Etats-Unis, telles qu’elles sont célébrées par les prêtres et suivies par les fidèles. Si le résumé suit ici de ses observations plutôt sombres, ce n’est pas pour en assommer les prêtres ni les fidèles, mais pour suggérer à chacun d’entre nous l’examen de notre propre conduite.

D’une façon générale, elle dit que cette « infection Conciliaire » s’est peu à peu répandue dans les chapelles de la Fraternité SPX depuis quelque temps. Elle va jusqu’à dire que la situation est en train de se détériorer, qu’elle est pratiquement désespérée et que le mal est déjà fait. C’est comme si le Latin a pris plus d’importance que la Foi, comme si, dès que la Messe de St Pie V est dite en Latin, tout est parfait. Pour ne pas avoir compris – ou ne pas se rappeler – ce qu’est réellement la Messe, les fidèles se contentent de faire acte de présence. Nombreux sont ceux qui assistent à la Messe d’une façon distraite, ce qui les amène à recevoir la Sainte Communion d’une manière irrespectueuse, tout comme dans la Nouvelle Église.

Elle reproche aux prêtres de ne pas avoir suffisamment expliqué aux fidèles ce que sont la Foi et la Messe. Quant aux sermons, elle se demande parfois si les prêtres comprennent ce qu’ils prêchent. Elle a l’impression des fois que les idées personnelles du prêtre et le contexte du sermon en général ont un relent Conciliaire. Les règles liturgiques ne sont pas respectées, l’observation des rubriques est irrégulière, le Canon de la Messe est apte à être lu de façon trop rapide. Bref, elle ne serait pas surprise de voir un certain nombre de prêtres et de fidèles de la Fraternité SPX disposés à rejoindre la Nouvelle Église si tant est qu’ils ne lui appartiennent pas virtuellement déjà.

Certes, personne de sérieux n’affirmerait que cette description plutôt sombre se rapporte à l’ensemble des Messes de la Fraternité SPX, mais la corruption de notre époque est tellement forte qu’une détérioration comme celle qu’elle évoque est par trop normale. Cette corruption pèse sur les prêtres comme sur les fidèles, en sorte que tous nous devons observer avec attention si elle ne nous gagne pas petit à petit. Ainsi que Sœur Lucie de Fatima l’a dit dans les années cinquante, les fidèles ne peuvent plus compter sur le clergé pour faire tout le travail de les hisser au Ciel. Cela n’a jamais été possible en réalité, mais une « obéissance » paresseuse reste encore aujourd’hui une tentation commune. Donc si les fidèles veulent être menés par de bons prêtres, et s’ils ne veulent pas que la Fraternité devienne Conciliaire, ils doivent contrôler leur propre maison pour la mettre en ordre – par exemple, de quelle façon moi-même et ma famille participons-nous à la Messe ?

Quant à nous autres prêtres, n’oublions pas le redoutable avertissement du prophète Ezéchiel (III,17–21) adressé aux pasteurs : Si les pasteurs disent au peuple qu’il pèche et que le peuple continue de pécher, Dieu châtiera le peuple mais Il ne rejettera pas la responsabilité sur les pasteurs. Au contraire, si le peuple pèche et que les pasteurs ne lui reprochent pas ses péchés, alors ce sont les pasteurs que Dieu rendra responsables des péchés du peuple. « Parce que voici le temps venu où doit commencer le jugement par la maison de Dieu » (I Pierre, IV,17).

C’est pourquoi il dépend de chacun de nous de faire ce qui est en notre pouvoir pour empêcher que la Fraternité SPX soit victime de « l’infection Conciliaire ». Chose aujourd’hui plus facile à dire qu’à faire, mais comme le dit Saint Paul (I Cor.IV,3–5), examinons nos propres péchés. C’est Dieu qui juge.

Kyrie eleison.

Un Chapitre

Un Chapitre posted in Les Commentaires Eleison on août 4, 2012

Comme beaucoup parmi vous le savent, un certain évêque a été exclu du Chapitre Général, c’est-à-dire de la réunion des membres les plus représentatifs de la Fraternité St Pie X, qui a eu lieu le mois dernier à Ecône en Suisse. Pour confirmer l’exclusion, il semble qu’on a profité de ce « Commentaire Eleison » (#257 du 16 juin) où parut l’adaptation du désir apparemment homicide de Saint Paul envers les corrupteurs de la Foi catholique au moyen d’un « couteau » (Galates V,12). En réalité St. Ambroise, St. Jérôme, St. Augustin, St. Justin, St. Jean Chrysostome, etc., tous sont de l’avis que dans le contexte (Galates V, 1–12), ce désir exprimé par St. Paul fait allusion non pas au meurtre mais à la circoncision aggravée jusqu’à la mutilation totale que devraient réaliser sur eux-mêmes ces Judaïsants, puisqu’ils donnaient tant d’importance à la circoncision. D’ailleurs St. Jean Chrysostome l’interprète comme une plaisanterie de St. Paul.

Néanmoins, lorsque j’appris que l’adaptation de cette plaisanterie de St. Paul fut évoquée juste avant le début du Chapitre et fut lue comme s’il ne s’agissait pas d’une plaisanterie, je dois avouer que j’ai eu une vision délicieuse : celle de mes nobles confrères dans le quartier général de la Fraternité en train de regarder par la fenêtre la nuit pour voir s’ils n’apercevraient pas une figure d’évêque dégingandé d’Albion, lourdement déguisé en Jack l’Éventreur, rôdant parmi les buissons avec un grand couteau de jardinier brillant au clair de lune, à la recherche d’une victime à tailler en morceaux. Chers confrères, dormez tranquilles : je n’ai pas d’ambition meurtrière. Vraiment pas !

Mais le Chapitre fut une affaire sérieuse. Qu’a-t’il produit ? En premier lieu une Déclaration rendue publique quelques jours plus tard, et les six Conditions requises pour un éventuel accord Rome-FSSPX, exfiltrées sur Internet peu après (étant donné qu’un si grand nombre d’âmes confient leur foi et leur salut à la garde de la Fraternité, une telle fuite ne me paraît pas tellement déraisonnable). Honneur, bien sûr, aux braves membres du Chapitre qui se sont efforcés de limiter les dommages, mais il faut dire que si la Déclaration et les Conditions reflètent l’état d’esprit actuel des chefs de la Fraternité dans leur ensemble, alors il y a de quoi s’inquiéter.

Il suffit de comparer rapidement la Déclaration de 2012 avec celle de 1974 de Mgr. Lefebvre pour se demander ce qui a bien pu se passer dans sa Fraternité. Tandis que l’Archevêque dénonce de façon explicite et répétée la réforme de Vatican II, par exemple : « née du Libéralisme et du Modernisme, totalement empoisonnée, sortant de l’hérésie et aboutissant à l’hérésie », mots qui entre autres valurent à l’Archevêque la colère des Papes Conciliaires, au contraire la Déclaration de 2012 se réfère une seule fois au Concile et à ses « nouveautés » seulement « entachées d’erreurs », dans des termes que nous pouvons facilement imaginer être souscrits par Benoît XVI du début à la fin. La Fraternité penserait-elle maintenant que les Papes Conciliaires ne représentent plus aucun problème majeur ?

En ce qui concerne les six Conditions pour n’importe quel éventuel accord futur entre Rome et la Fraternité, elles méritent un examen détaillé, mais qu’il suffise pour le moment de signaler que la demande faite en 2006 par le Chapitre Général de la Fraternité, à savoir qu’un accord doctrinal est indispensable avant tout accord pratique, paraît avoir été complètement abandonnée. Serait-ce que désormais, dans l’esprit de la Fraternité, la doctrine des Romains auxquels elle se soumettrait n’a plus tellement d’importance ? La Fraternité est-elle à son tour en train de céder aux charmes du Libéralisme ?

Pour un point de vue contraire, puis-je recommander une collection de « Sermons et Conférences Doctrinales » de son Excellence Jack l’Éventreur, des années 1994 à 2009, maintenant disponible sur sept CDs à http ://truerestorationpress.com/node/52 (avec offre spéciale jusqu’à fin août) ? Pas tout ce qui se trouve dans ces 30 heures d’enregistrements ne sera d’or, et il y a sans doute des excès de tempérament, mais du moins s’y efforce-t-on d’éventrer les ennemis et pas les amis de notre Foi catholique.

Kyrie eleison.

Les Galates d’Aujourd’Hui

Les Galates d’Aujourd’Hui posted in Les Commentaires Eleison on juin 16, 2012

« O Galates insensés ! » s’écrie St Paul (Gal.III, 1), en enguirlandant un de ses troupeaux bien-aimés qui récidivait, en voulant retourner du Nouveau Testament à l’Ancien Testament pour plaire aux Judaïsants qui voulaient les asservir de nouveau aux « éléments du monde » (IV, 3). Avec quelle facilité on peut appliquer cette algarade de l’Apôtre à ces catholiques de la Tradition qui sont tentés actuellement de se remettre sous les autorités de l’Église Conciliaire pour s’aligner sur Nostra Aetate ! Mais, après tout, le monde, la chair et le démon sont les mêmes, en ce temps-là et maintenant, et alors que St Paul me le pardonne si j’ose appliquer quelques versets de son Epître à la situation actuelle :—

« O insensés catholiques de la Tradition ! Qui vous a fascinés que vous ne vouliez plus suivre la Tradition de Notre Seigneur Jésus Christ, telle qu’elle vous a été présentée ? Voici seulement ce que je veux apprendre de vous : est-ce grâce à Vatican II ou grâce à la Tradition catholique que vous menez depuis plusieurs années une vie catholique ? Etes-vous tellement dépourvus de sens qu’ayant fait l’expérience des fruits de la Tradition, vous voulez tout brader en vous remettant sous les autorités conciliaires ? Tous ces fruits, ont-ils été en vain (III, 1–4)  ?

« Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de la ligne de Monseigneur Lefebvre qui vous a appelés par la grâce du Christ, et que vous passiez au nouvel Évangile de Vatican II. Non pas qu’il y ait un autre Évangile, mais ces modernistes vous troublent en voulant renverser l’Évangile de la Tradition. Mais quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait que le Concile n’était pas si mauvais que cela, éjectez-le et ne l’écoutez pas ! Je le répète à cette heure : si quelqu’un prétend que Mgr. Lefebvre aurait approuvé aujourd’hui un accord avec la Rome Conciliaire, qu’il soit éjecté ! De qui cherchons-nous les intérêts ? Est-ce la faveur des Romains que je cherche, ou celle de Dieu ? Si je plaisais à ces Romains je ne serais pas serviteur du Christ (I, 6–10) !

« Autrefois, ne connaissant pas la Tradition, vous serviez sous des hommes d’Église qui asservissaient l’Église au monde. Mais à présent que vous avez connu la Tradition, comment retournez-vous au monde, sous les autorités Conciliaires (IV, 8,9)  ? Suis-je devenu ennemi de la Fraternité St Pie X en vous disant la vérité ? Le zèle de ceux qui vous égarent n’est pas pur mais ils veulent vous détacher de Mgr Lefebvre afin que vous soyez zélés pour eux (IV, 16,17). Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug du Concile (V, 1). Vous couriez bien. Qui vous a arrêtés pour vous détourner de la vérité ? Cette influence ne vient pas du Dieu qui vous appelle. J’ai cette confiance en vous que vous ne penserez pas autrement, mais celui qui vous trouble, quel qu’il soit, en portera la peine. Pour moi, si je prêchais encore le monde, pensez-vous que je serais si persécuté ? Ceux qui corrompent la Tradition ont besoin du couteau pour plus que seulement la circoncision (V, 7–12) !

« Tous ceux qui veulent faire passer la Fraternité par Vatican II B ne cherchent qu’à éviter d’être persécutés pour la Croix du Christ. Ils veulent que vous soyez mondains, ne gardant que les apparences de la Tradition. Ils veulent s’aligner sur les Judaïsants à Rome, mais que Dieu me défende, moi, de vouloir autre chose que la Croix de Notre Seigneur Jésus Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde. Paix et miséricorde sur tous ceux qui suivront la Tradition de cette façon-là (VI, 12–16).  »

Et maintenant allez lire l’Epître de St Paul lui-même. Que personne ne prétende que de nos jours l’Écriture Sainte ne s’applique plus !

Kyrie eleison.

Nouvelle Année

Nouvelle Année posted in Les Commentaires Eleison on décembre 31, 2011

Et ainsi encore une année se termine sans que le ciel nous soit tombé sur la tête (ainsi que le redoutaient nos ancêtres les Gaulois). Depuis des dizaines d’années je dis qu’il est sur le point de tomber, par exemple à un petit groupe de personnes en France il y a quelques cinq ou sept ans. Parmi eux il y avait un prêtre de la Fraternité St Pie X qui avait été séminariste à Ecône lorsque j’y étais professeur à la fin des années `70 et au début des années `80. « Excellence, » dit-il, « ne disiez-vous pas cela il y a 25 ans ? » Mais il le dit avec un petit sourire. Peut-être pensait-il qu’un jour je pourrais avoir raison.

Alors, est-ce que 2012 sera l’année qui voit tomber le ciel ? Nombreux sont les commentateurs séculiers qui pensent que ce pourrait bien être l’année ou l’économie mondiale implose. Certainement la dette ne peut s’empiler indéfiniment comme elle s’empile depuis des dizaines d’années. Par exemple, les aides sociales sont un fardeau insupportable qui pèse sur le budget de nombreuses démocraties occidentales, mais presque par définition un politicien démocratique est incapable de prendre les décisions drastiques nécessaires pour restaurer l’équilibre fiscal, parce que s’il veut être réélu il ne peut y toucher. On a bien dit qu’une démocratie ne peut plus durer à partir du moment où le peuple se rend compte qu’il a accès à l’argent de l’Etat.

Alors, 2012 est-elle l’année ou les démocraties occidentales finiront par tomber ? Peut-être. En effet beaucoup de gens aujourd’hui ont la sensation qu’un quelconque désastre se prépare, et sûrement cela ne mettra pas 30 ans encore pour arriver, se dit-on. Pourtant cela fait déjà beaucoup d’années qu’on se le dit. Peut-être le libéralisme a-t-il enivré les gens à tel point que même le chaos qui va toujours augmentant les laisse indifférents. Néanmoins tandis que les roues du moulin de Dieu moulent lentement, dit le proverbe, elles moulent très finement. En d’autres mots toutes les factures de Dieu devront être payées, et le jour du règlement viendra, et ce sera sur des comptes bien plus sérieux que ceux des aides sociales.

Sera-ce pour cette année, l’année prochaine, un jour, jamais ? Certainement pas jamais. Il arrivera à l’heure de Dieu. L’année importe relativement peu. Comme le dit Hamlet (Act V,2), « Il y a une providence dans la chute d’un moineau. Si c’est maintenant, ce n’est pas pour demain ; si ce n’est pas pour demain, ce sera maintenant ; si ce n’est pas pour maintenant, de toute façon cela arrivera : le tout est de se tenir prêt. » Il y a une Providence. Il y a un Dieu, et le moment choisi par Lui est le meilleur pour le salut des âmes. « Le moment de Dieu est le meilleur de tous », dit le proverbe allemand.

Remarquez, Dieu ne demande pas à la plupart d’entre nous d’essayer de faire quelque chose pour entraver la course présente de l’Eglise et du monde vers leur destruction. Je parie que même bon nombre de leaders publiques du monde se sentent en privé incapables de faire quoi que ce soit, et je me demande si jusqu’aux contrôleurs secrets du monde, poussés par l’Enfer à se faire les maîtres du monde, se sentent toujours sûrs d’être maîtres du jeu. « Dès maintenant, il n’y a que Moi qui puisse vous aider, » a dit la Mère de Dieu.

Ce que Dieu nous demande c’est de vivre en sa grâce et de lui faire confiance. Quand arrivera l’effondrement, que ce soit en 2012 ou à un autre moment, du point de vue humain ce sera sans aucun doute plutôt douloureux, mais du point de vue de Dieu ses châtiments sont des actes de miséricorde. St. Paul cite les Proverbes (III, 11–12) : « Mon fils, ne rejette pas la correction du Seigneur, et ne défaille point quand tu es châtié par Lui. Car celui que le Seigneur aime, Il le châtie. » Et St. Paul enclenche (Héb.XII, 7–8) : « Supportez donc la correction. Dieu vous traite comme des fils. Car quel est le fils que le père ne corrige pas ? Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non de vrais fils. »

Le tout est de se tenir prêt, comme les vierges sages de la parabole (Mt. XXV, 1–13).

Joyeux Nouvel An.

Kyrie eleison.