télévision

Alerte Culturelle

Alerte Culturelle posted in Les Commentaires Eleison on décembre 29, 2012

Alors que les dirigeants de la Fraternité Saint Pie X semblent chanceler, les catholiques qui aiment la Fraternité pour avoir tant reçu d’elle ces dernières années pourraient être tentés de penser qu’en tant que fidèles ils ne peuvent pratiquement rien faire pour changer la situation. Ils auraient tort. Qu’ils lisent les réflexions ci-dessous de l’un de mes amis, et ils pourront y entrevoir que si Dieu ne secourt pas la Fraternité pour eux, comme bien sûr Il pourrait le faire, cela aura dépendu d’eux-mêmes en partie au moins. Voici la lettre de mon ami, adaptée :—

« Un accord pratique serait désastreux pour la cause de la Tradition Catholique. Il suffit de voir ce qui est arrivé aux Rédemptoristes Traditionnels en Écosse . . . Les deux Messes ne peuvent pas coexister. L’une chassera toujours l’autre . . . Quand j’ai assisté récemment à une Nouvelle Messe, toute l’église était perturbée par les bavardages et les applaudissements comstants . . . Les deux côtés sont simplement trop éloignés l’un de l’autre pour qu’un accord puisse fonctionner. Aucun accord des esprits n’est possible entre la modernité et la Tradition.

« Il y a aussi la profonde révolution qui a emporté la civilisation moderne, y compris le mouvement Traditionnel, et qui n’a pas été perçue en grande partie par les dirigeants de la Tradition . . . La technologie électronique a provoqué une révolution culturelle dans la vie quotidienne, en particulier celle des jeunes générations. Si cette technologie n’est pas maniée comme il faut, elle affaiblira certainement la Foi parce qu’elle peut s’emparer de la vie toute entière des gens. Les jeunes se laissent facilement posséder par elle. Ils s’y accrochent tout au long de la journée.Ceux qui s’y laissent engloutir deviennent dysfonctionnels, incapables de se lever le matin, de maintenir une conversation vivante ou de garder un emploi.

« Or si une équipe sportive n’est pas tancée par son entraîneur, sa qualité de jeu commence à déchoir. Si les catholiques ne sont pas tancés au sujet d’activités culturelles comme la musique, l’habillement des femmes, ou la télévision, leurs normes culturelles commencent à chuter, ce qui a de profondes implications pour leur foi. Puisque la direction de la FSPX ou bien n’a pas perçu cette révolution culturelle, ou bien ne lui a pas prêté l’attention qu’elle mérite, les parents Traditionnels se trouvent abandonnés à eux-mêmes dans la lutte pour éloigner de leurs familles la mondanité de la société moderne. Je me suis entretenu en longueur avec beaucoup de familles Traditionnelles qui sont préoccupées par l’orientation qu’a prise le mouvement Traditionnel. Les mouvements religieux doivent prendre position sur les questions culturelles s’ils veulent porter des fruits. La Tradition se renforçait lorsqu’elle prenait fermement position contre la télévision. Mais si l’on ne résiste pas sur les questions culturelles, la résistance sur les questions doctrinales se met rapidement à s’affaiblir.

« Le dernier Chapitre de la FSPX l’a peut-être retenue du naufrage pour le moment, mais je n’en suis guère rassuré. Il a pris beaucoup de soin à définir les paramètres de toute discussion future avec Rome en vue d’un accord. Pourtant, dans le fond Rome n’a pas changé depuis 1988. A mon avis, la FSPX doit reprendre le rôle prophétique qu’elle jouait tant que Mgr. Lefebvre était encore en vie. Le mouvement Traditionnel a besoin de dénoncer fermement le modernisme et le libéralisme qui mènent l’Église catholique à sa destruction. Ces dénonciations ont été dernièrement mises en sourdine. Il se peut qu’un bon nombre de prêtres Traditionalistes ait été attiré par les facilités que leur apportera, pensent-ils, un accord avec Rome. »

A vous de jouer, chers lecteurs. Éloignez de votre foyer la musiquenulle et sans valeur. Débarrassez-vous des postes de télévision. Limitez au minimum l’électronique. Mères, portez des jupes aussi souvent que possible, c’est-à-dire la plupart du temps. Autrement, ne vous plaignez pas si Dieu ne vient pas au secours de la Fraternité. Il n’oblige personne à accepter ses dons. Béni soit son nom pour toujours.

Kyrie eleison.

Lire en Famille

Lire en Famille posted in Les Commentaires Eleison on octobre 20, 2012

Dernièrement, ce « Commentaire » conseillait aux lecteurs de transformer leurs maisons en forteresses au cas où les bastions publics de la Foi deviendraient périmés à cause du mal débordant de notre époque, et certains lecteurs nous ont écrit pour nous demander de quelle façon leurs maisons pourraient être fortifiées. De fait, certains numéros du « Commentaire » ont suggéré déjà une variété de moyens spirituels et matériels pour défendre la maison et la famille, notamment, bien sûr, le Saint Rosaire, mais on a omis de mentionner un moyen auquel je penserais moi-même pour remplacer la télévision si j’avais une famille à défendre : la lecture à haute voix tous les soirs aux enfants, de chapitres choisis dans le Poème de l’Homme-Dieu de Maria Valtorta. Et lorsque nous arriverions au bout des dix volumes en français, je m’imagine que nous recommencerions depuis le début, et ainsi de suite, jusqu’à ce que tous les enfants eussent quitté le foyer !

Toutefois, le Poème ne manque pas d’ennemis nombreux et éloquents. Le Poème consiste en épisodes de la vie de Notre Seigneur et de Notre Dame, depuis la conception immaculée de celle-ci jusqu’à son assomption au Ciel, tels qu’ils ont paru dans des visions reçues, on peut le croire, du Ciel, lors de la Deuxième Guerre mondiale dans le Nord de l’Italie par Maria Valtorta. Elle était célibataire, d’âge mur, immobilisée dans son lit de malade de façon permanente à la suite d’une blessure au dos reçue plusieurs années auparavant. Les notes inclues dans l’édition italienne (qui comprend plus de 4,000 pages en 10 volumes) montrent à quel point elle craignait d’être trompée par le Diable, et en effet bon nombre de personnes ne sont pas convaincues que le Poème vienne réellement de Dieu. Voyons trois objections parmi les plus importantes.

En premier lieu, le Poème fut mis à l’Index des livres interdits par l’Église dans les années 1950, c’est-à-dire avant que Rome ne devînt néo-moderniste dans les années 1960. Le motif invoqué pour sa condamnation fut qu’on y donne aux événements de l’Evangile un aspect romantique et sentimental. En second lieu, on accuse le Poème d’un grand nombre d’erreurs doctrinales. En troisième lieu, l’objection que faisait Monseigneur Lefebvre au Poème était que l’on y trouve tant de détails physiques de la vie quotidienne de Notre Seigneur qu’il en sort de lui une image trop matérielle qui nous fait trop descendre en dessous du niveau spirituel des quatre Évangiles.

Mais, en premier lieu, comment les modernistes ont-ils pu prendre le pouvoir dans la Rome des années 1960, ainsi qu’ils le firent, s’ils n’avaient été déjà bien établis dans la Rome des années 1950 ? Le Poème, comme les Evangiles (par exemple Jn.XI,35,etc.) est plein de sentiments, mais toujours proportionnés à leur objet. Aux yeux de tout juge objectif le Poème ne semblera, à mon avis, ni sentimental ni romantique. En deuxième lieu, les soi-disant erreurs doctrinales ne sont pas difficiles à expliquer, l’une après l’autre, comme cela a déjà été fait par un théologien compétent dans les notes que l’on trouve dans l’édition italienne du Poème. Et en troisième lieu, tout en gardant, bien sûr, tout le respect que l’on doit à Monseigneur Lefebvre, je dirais que l’homme moderne a besoin de détails matériels pour qu’il puisse croire de nouveau en la réalité des Évangiles. N’est-il pas vrai qu’une excessive « spiritualité » peut reléguer, pour ainsi dire, Notre Seigneur à l’étage supérieur, où il devient irréel, tandis qu’au rez-de-chaussée le cinéma et la télévision prennent possession du sens de la réalité de l’homme moderne ? De même que Notre Seigneur était vrai homme et vrai Dieu, ainsi le Poème est-il à tout moment aussi pleinement spirituel que pleinement matériel.

De la lecture vivante et non-électronique du Poème à la maison, je peux imaginer de nombreux bienfaits possibles, outre le contact réel et vivant entre les parents qui lisent et les enfants qui écoutent. Les enfants s’imbibent de ce qui les entoure, comme les éponges s’imbibent d’eau. Avec la lecture de chapitres du Poème choisis selon l’âge de l’enfant, je me demande s’il y a une limite aux enseignements qu’ils pourraient absorber au sujet de Notre Seigneur et de Notre Dame.Et les questions qu’ils poseraient ! Et les réponses que les parents devraient trouver ! Je crois réellement que le Poème pourrait beaucoup contribuer à faire d’un foyer une forteresse de la Foi.

Kyrie eleison.

Conseils pour une Crise

Conseils pour une Crise posted in Les Commentaires Eleison on février 26, 2011

La semaine dernière le « Commentaire Eleison » a publié la citation par une certaine Catherine Pitts de propos tenus par un officiel haut placé dans le gouvernement américain d’il y a quelques années, parce qu’elle avait occupé elle-même un poste important à Washington dans un gouvernement antérieur ; elle savait donc de quoi elle parlait. Dans le même article elle a dit d’autres choses intéressantes, en particulier ce qu’elle offrirait comme conseils à l’Américain moyen qui se fait des soucis pour son avenir économique, et qui voudrait protéger son avoir et sa qualité de vie. Elle y dit (voir www.321gold.com, 2 février : « We are victims of a Financial Coup d’Etat ») :—

« Votre temps et votre attention comptent. Cessez d’écouter et de fréquenter ces gens dont c’est l’intérêt de tout centraliser. Pour ce faire, commencez par éteindre le téléviseur. Investissez, achetez et donnez auprès de personnes et institutions qui jouissent de votre confiance. Dépensez moins. Profitez de votre temps libre pour apprendre autant de métiers que possible qui puissent vous rendre plus indépendant et plus capable de marchander avec les gens qui vous entourent. Investissez dans les choses tangibles, y compris les métaux précieux. Ne vous laissez pas drainer par l’usure de la vie moderne. Enfin ouvrez votre esprit et rassemblez vos forces pour mener le combat spirituel. La corruption financière n’est que le symptôme d’un problème beaucoup plus profond, à savoir une invasion morale de notre culture tout entière. Organisez votre vie pour servir les personnes et les causes qui vous tiennent à coeur.

« Protégez votre santé. Petit à petit on se met à empoisonner et l’eau que nous buvons et la nourriture que nous mangeons. Pour rester en bonne santé il est essentiel que vous assuriez des sources locales d’eau et de nourriture fraîches. Apprenez également ce que vous pouvez faire pour désintoxiquer votre corps et fortifier votre système d’immunité. Pour maintenir notre énergie et force physique contre la montée constante de la pollution écologique et électromagnétique d’aujourd’hui nous devons fournir un effort auquel on n’aurait jamais pensé il y a seulement dix ans. »

Dans la même ligne de pensée on trouve au même site sur l’Internet (17 janv. « Waiting for a hero » par Larry Laborde) des conseils hautement pratiques pour toute personne qui voit venir des troubles :—

« Alors que doit faire un citoyen normal de ces grands États-Unis à ce moment-ci de leur histoire ? Évitez comme la peste les bons municipaux, car ils seront les premiers à faire défaut. Évitez aussi les bons nationaux à long terme. Les bons à court terme (pas plus que six mois) sont fiables pour le moment, mais soyez à tout instant prêt à les vendre. Diminuez toutes vos dépenses et tenez en réserve de l’argent comptant. Vivez EN-DESSOUS de vos moyens. Protégez votre argent liquide en l’investissant dans les métaux précieux. Ou bien investissez-le dans des unions de crédit ou des banques de votre propre localité. Contrôlez leur bilan pour être sûr que vous investissez dans les institutions les plus sûres de votre localité. Détruisez vos cartes de crédit et n’en faites plus usage. Payez comptant ce que vous achetez. Contre toute crise inattendue gardez à portée de main de l’argent suffisant pour deux mois de dépenses. Quant aux métaux précieux, investissez moitié-moitié en or et en argent. Les petits investisseurs feront bien d’acheter tout simplement six mois de fournitures non périssables et d’usage quotidien. En six mois elles coûteront probablement de 5 à 10 % de plus. Pas mal comme investissement ! Plantez un jardin ou fournissez-vous chez un fermier du coin, ou tous les deux. »

Je résume tous ces conseils, chers lecteurs : Réveillez-vous ! Éteignez le téléviseur ! Ne vivez plus au-dessus de vos moyens, mais bien en dessous. Gardez de l’argent comptant. Investissez dans votre localité et dans les métaux précieux. Sortez au moins mentalement du travail-usure, et revenez mentalement du virtuel au réel. Renoncez aux cartes de crédit, faites provision de nourriture à la maison, mais faites attention à ce que vous mangez et buvez. Rendez-vous compte que les ennemis du genre humain sont en train d’empoisonner notre eau et nourriture, car ils mènent contre l’humanité une guerre radicalement spirituelle pour arriver au pouvoir global. Catholiques, mettez votre Foi sur le pied de guerre !

Kyrie Eleison.

Universités – Remèdes – I

Universités – Remèdes – I posted in Les Commentaires Eleison on août 7, 2010

« Soit, Monseigneur », j’entends répondre les parents, « donc les “universités” ne sont qu’un désert (EC 158). Mais suivant cette ligne de pensée-là vous devrez admettre que c’est le désert presque partout aujourd’hui. Alors que faire de nos enfants ? La loi de Dieu nous défend de recourir à des moyens illicites pour empêcher qu’ils n’arrivent. Les voici. Et alors ? »

En deux mots, dans un monde plus corrompu que jamais, les âmes qui veulent aller au Ciel devront être plus héroïques que jamais, mais la récompense divine dépassera de loin leur héroïsme le plus splendide.

C’est Pie XII qui a dit que le monde était dans un pire état qu’au temps de Sodome et Gomorrhe, et il est mort en 1958 ! Que ne dirait-il pas aujourd’hui ? Devant le même problème, les Papes qui l’ont suivi ont changé les règles du jeu au Concile du Vatican II, pour ne pas avoir à condamner, condamner, toujours condamner. Mais c’était là la voie de la facilité. Éteindre les alarmes et éteindre l’incendie, cela fait deux. L’Église et le monde flambent comme jamais, et la première chose que doivent faire les parents, c’est de faire face au problème, à savoir, à quel point le salut éternel de leurs enfants est en péril.

Une fois bien compris ce péril, leur Foi catholique leur dira qu’il est exclu de prendre la voie basse de la facilité Conciliaire, ils doivent prendre le chemin des hauteurs héroïques. « Ce n’est pas sur des lits de plume que nous arriverons au Ciel », dit St Thomas More. « Qui veut être mon disciple, qu’il prenne sa croix et me suive », dit Notre Seigneur, et « Celui qui persévèrera jusqu’à la fin sera sauvé » (Mt.XVI, 24 et XXIV, 13). Si pour sauver les âmes de leurs enfants il faut que les parents soient des héros, ils n’ont qu’à se décider que des héros ils vont l’être. A ce moment-là, comme dit le proverbe, « Qui veut la fin, veut les moyens ». Dès que l’amour paternel et maternel veut la fin, il trouvera les moyens, à l’intérieur et à l’extérieur du foyer.

A l’extérieur, voir dans ce « Commentaire » de la semaine prochaine des alternatives à « l’université ». A l’intérieur, tout vrai prêtre leur dira de commencer par établir solidement au cœur du foyer la récitation du chapelet, et de continuer en bradant le téléviseur qui n’est rien d’autre qu’un tabernacle du monde, de la chair et du démon. Dès le plus jeune âge, que les esprits et les cœurs des enfants soient nourris chez eux des contacts vivants de la famille, et de discussions vives sur tout ce qui se passe autour. La raison en est que dès qu’ils atteignent l’âge « universitaire », en bien ou en mal, les dés sont normalement jetés, en sorte que si le fils a grandi dans un vrai foyer humain et vivant, élevé vers le Ciel par la prière, la pire des « universités » ne lui fera pas nécessairement trop de mal, tandis que s’il a été élevé en télévidiote, la meilleure des universités ne l’aidera guère à trouver le chemin du Ciel.

Remarquez que le numéro 158 du « Commentaire » n’a pas défendu absolument aux parents de payer une « université » pour leurs fils, il leur a dit de bien réfléchir avant de le faire. Or, s’ils réfléchissent bien pendant que leur fils est encore jeune, leur Foi leur révèlera comment il faut changer de train de vie dans le foyer, et sans trop tarder. Comme le dit St Paul en citant le Prophète Isaïe (I Cor. II, 9 ; Is. LXIV, 4), gagner le Ciel vaut infiniment tout effort, car il dépasse infiniment même tout ce que peut imaginer le plus imaginatif des hommes.

Kyrie Eleison.